Payday Loans

Interviews

Interview N°1 : Gerald Alston 25/10/85
Soul Corner existe sur le net depuis 2006 et depuis 1984 dans la presse papier aussi nous avons jugè utile de republier ses moments phares que furent ses interviews.
Nous commençons aujourd’hui avec Gerald Alston ex leader du groupe vocal The Manhattans.

Jean- Claude Morlot : Commençons par le début, Vous avez débuté en chantant le gospel,

Gerald Alston : Dès l’age de trois ans, en Caroline du Nord, avec un père pasteur, une mèren pianiste et un oncle chanteur (Johnny Field des Five Blind Boys Of Alabama)

- Votre biographie laisse supposer qu’il n’y eu pas d’interruption entre cette période et celle des Manhattans,

GA – C’est vrai, J’avais formé un groupe The New Imperials et nous sommes passés un soir en première partie des Manhattans, Leur soliste, George Smith, qui était très malade et pensait à prendre sa retraite m’entendit chanter et recommanda au groupe pour le remplacer, Ma plus grande joie fut d’interpréter en sa présence sa partie quelques jours avant sa disparition,

- Vous êtes resté dix sept ans avec le groupe , la décision de le quitter pour une carrière solo n’a du être facile à prendre

GA- C’est évident, j’ai prévenu les membres du groupe un an avant de les quitter , Pendant cette période, j’ai aidé mon remplaçant (Roger Harris, présenté par Roy Tyson des Temptations) ,

-Comment définissez vous votre nouvelle carrière , vos nouveaux producteurs?

GA- Aujourd’hui, je suis entièrement responsable de mon avenir, Mon style évolue puisque je suis un chanteur solo et non plus leader d’un groupe vocal,

-Vous êtes pourtant soutenu par le groupe vocal BY All Means,

GA- Je salue ce groupe qui fait un travail fabuleux, L’approche vocale est différente du travail en groupe ; ils sont le soutien et non le complément,Mes producteurs Sam Sheppard et Jim Warner ont une vision plus contemporaine des choses

-Les drum machines, les synthés,,, ?

GA- C’est vrai , nous sommes en 1990, il faut vivre avec son temps, Rien ne remplacera un batteur qui, avec toutes ses qualités, ne pourra jamais atteindre la perfection, Ce sont les défauts, les iirégularités qui rendent la musique humaine,

-Sur scéne, il me semble que ce soit différent,

GA-J’adore les ballades- j’en écrit également- surtout lorsqu’elles racontent une histoire positive, J’estime que l’on peut s’y exprimer pleinement, le « uptempo », c’est différent car il faut d’abord faire passer l’énergie,

-Imaginez vous introduire des éléments rap dans votre musique ?

GA,,, Pourquoi pas,,,malgré que ce ne soit pas mon style et à condition que le contenu soit positif,

-Pourtant le rap existe depuis toujours, Il y a souvent des passages parlés entre deux couplets,

GA- C’est vrai, Lorsque Blue Lovett parle de sa merveilleuse voix de basse,

-Quels sont vos projets ?
GA – Je prépare mon album solo pour lequel je recule un projet gospel qui me tient à cœur, J’ai l’intention d’enregistrer avec Johnny Fields et les original Five Blind Boys un album gospel au sens strict du terme,

-Pas de « drum machines » comme chez Al Green,

GA- Non, strictement traditionnel, Pour mon nouvel album, je continue de travailler avec Sheppard et Warner, Je produirait également quelques titres que j’ai écrit, ment quelques titres que j’ai écrit, Et puis comme je n’oublie pas que je viens d’un groupe, j’enregistrerai un titre avec ce merveilleux ensemble vocal que sont The Dells,

-Qu’est TAJ Records, votre maison de disques, par rapport à Motown ?

GA- C’est un indépendant distribué par Motown, Un peu comme dans les sixties quand les petits labels sortaient leurs singles et les majors, comme Atlantic, éditaient les albums, Rien n’a changé depuis,
Merci Gerald, nous espérons vous accueillir bientôt sur une scène française,

GA- Je l’espère, aussi car je parlais déjà de chanter à Paris au début des Manhattans,

Recueilli le 25/10/85 à l’hôtel Warwick par Jean-Claude Morlot
Photos : © Gilles Valentiny (RIP)

Interview n° 2 : Johnny Gill 29/08/90

- Il est de notoriété publique que vous avez été découvert par Stacy Lattisaw.

- C’est vrai, En m’écoutant chanter, elle me suggéra d’enregistrer un essai afin qu’elle le propose à Henry Allen, patron de Cotillion, une sous marque d’Atlantic, Il fut tellement emballé qu’il s’écria « Il faut absolument signer ce gamin »enregistrer un album et partir en tournée avec eux ;
Mon premier album est paru lorsque j’avais 16 ans, Il fut suivi d’un recueil de duos avec Stacy, puis un autre album de soul Chemistry, Je commençais à enregistrer le suivant avec les producteurs de L.A. et Babyface quand le groupe New Edition me contacta pour faire partie du groupe en remplacement de Bobby Brown qui s’était lancé dans la carrière solo que l’on connaît, J’ai tout arrêter pour les rejoindre,
Lorsque tout ceci fut terminé, je suis retourné en studio pour terminer l’album que j’avais mis de côté, Ce qui prouve que les bonnes chansons ne se démodent pas après deux ou trois ans,

- Vous avez du apprendre un nouveau répertoire et la chorégraphe du groupe pour vous intégrer à New Edition ?

- Oui et non, Oui parce qu’il a fallu m’intégrer à leur jeu de scène, Non, parce que nous ne chantions pratiquement que les titres de l’album,

- Est-ce terminé avec eux ?

- Je ne pense pas, Chacun est parti dans ses projets solos, Nous pensons nous réunir à nouveau et entamer une tournée mondiale avec Bobby Brown,

- Nous nous trompons peut être, mais nous avons l’impression que votre arrivée au sein du groupe en a modifié l’image,

- Absolument , Ils avaient grandi et voulaient sortir de leur image de groupe pour gamins et adolescents, C’est une des raisons de leur désir de me voir les rejoindre, Fort heureusement cela a réussi à tout le monde,

- Dans Lady Dujour, nous avons l’impression que votre manière de vocaliser se rapproche de celle de Bobby Mc Ferrin,

-Effectivement, cela m’a beaucoup amusé de commencer de cette façon,

- Votre public est il plus féminine masculin ?

- Je ne sais pas exactement,,,,Je crois qu’il est essentiellement féminin,

- Pensez-vous produire sur une scène européenne ?

- Oui, en Octobre, je remplace Chucki Booker en Europe, en première partie de Janet Jackson,

- N’êtes vous pas effrayé à l’idée de ce show ? La popularité de Janet Jackson et le gigantisme de la tournée pourrait vous écraser,

- Non, car j’ai mon propre orchestre, avec néanmoins quelques musiciens de Janet,

-Vous ne pensez pas partir seul en tournée ?

- C’est la première fois que je me lance sur le marché européen, Je ne veux pas prendre de risques, Je veux me rendre compte si j’ai de solides bases avant de me lancer avec ma propre tournée,

- Quels sont vos projets ?

- Aucun ! Je consolide le succès de mon album, Il n’y a qu’une participation sur l’album de Stevie Wonder,

- Quelle impression d’être sur Motown ?

- C’est un honneur d’être sur un album aussi prestigieux, J’espère que ma carrière sera digne de celle de mes prédécesseurs, comme Marvin Gaye auquel certains flatteurs me comparent !

Tous/all documents : Jean-Claude Morlot

Propos recueillis le 29/08/90 à l’Hôtel Chevallier (Paris, France)

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!