Payday Loans

BLACK MUSIC


La gageure de raconter en 100 minutes l’histoire du peuple noir américain à travers sa musique semblait tant le sujet est vaste difficile à tenir. Marc-Aurèke Vecchione a relevé le défi dans ce documentaire diffusé par ARTE.
Le sous titre Des chaînes de fer aux chaînes en or semble être la synthèse d’un propos qui se veut instructif sans être didactique. Les faits y sont décrits sans complaisance, ni misérabilisme ou paternalisme car leur acuité parle d’elle-même.
La narration commence avec l’esclavage avec les work songs puis les balbutiements du blues pour continuer avec les années 30 où les seuls noirs qui fréquentent les boites blanches en sont les musiciens !
Viennent ensuite les années 50/60 avec le véritable tournant de la conscience noire. L’auteur s’attarde longuement, à juste titre, sur un mouvement revendicatif qui s’empara des USA. Que ce soit la modeste Rosa Parks ou le charismatique Dr Martin Luther King chacun apporta sa pierre à l’édifice. Ce mouvement est relayé par les chanteurs comme Sam Cooke dont le célèbre A change is gonna come devint, et reste, l’hymne de l’espoir de liberté et d’égalité (il est à ce point symptomatique que le mot Change soit en bonne place dans la campagne de Barak Obama). On ne peut pas non plus oublier que cette époque eut ses périodes de violence avec les émeutes de Watts en réponse à l’assassinat de Luther King.
(dans le film de Jules Dassin UPTIGHT, non cité dans ce documentaire, un des protagonistes déclare qu’il s’agit presque d’autodéfense puisque le prophète de la non violence a été tué avec les armes de la violence). Il faudra tout le talent et la diplomatie de James Brown pour calmer les esprits lors d’un concert mythique à Boston.
Les années 60 seront l’apogée d’un genre le Rhythm & Blues qui explose au Nord (Motown) comme au Sud (Stax, Hi). L’histoire des deux labels est rapidement survolée car l’interêt de l’auteur semble se focaliser sur les ponts qui peuvent exister entre les communautés noires et blanches. C’est ainsi qu’il s’attarde sur Otis Redding qui que se soit au Monterey Pop Festival ou lors de ses tournées européennes avait su fédérer grâce à un charisme indéniable un vaste public.
Le terme Black is beautiful trouve son point d’orgue lors du festival Wattstax où le pasteur Jesse Jackson galvanise la foule en lui faisant affirmer son identité avec son discours I am somebody.


La décade suivante verra l’arrivée du P-Funk et de tous ses délires avec George Clinton et Parliament/Funkadelic.
Enfin, l’auteur conclut son propos avec un genre considéré comme marginal et à la durée de vie limitée. Le rap était nè pour acquérir très vite ses premières lettres de noblesse avec The message (Grand Master Flash) dont la désespérance peut être comparée à celle du No future des punks. Le rap devient rapidement le média et le porte voix de ceux qui n’en n’ont pas. Chuck D (leader de Public Enemy) à un jour déclaré que le genre était le CNN de la rue.
Hélas, la violence est omniprésente et ne fait pas oublier les tragiques disparitions de deux figures emblématiques que furent Tupac et Notorious BIG.

Texte et Photos (Archives) JCM

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!