Payday Loans

Archive for July, 2019

Porretta 2019 Beale Street Party & Day 1

Sunday, July 28th, 2019

Mercredi 17 Juillet

Le festival n’est pas encore officiellement commencé que se déroule le Mercredi sur la terrasse de l’hôtel Helvetia un diner de gala auquel participent certains artistes.
Chilly Bill Rankin était déjà venu en 2014 pour une petite participation plus sympathique que convaincante.

Chilly Bill Rankin

Chilly Bill Rankin

Et c’est ce fut une surprise de constater que sa voix avait prit de l’ampleur et de la puissance lorsqu’il interpréta le classique de Johnnie Taylor Last Two Dollars.
Tony Wilson

Tony Wilson


Tony Wilson est présenté comme le nouveau James Brown (comme s’il pouvait en exister un second). Il virevolte d’entrée, saut périlleux arrière, pas de danses identiques. Le procédé peut faire illusion. Il est convaincant vocalement dans ses reprises de Cold Sweat et de Sex Machine [/caption]et le sera moins lorsqu’il passe à Michael Jackson et Billie Jean avec un “moonwalk” mollasson. Puis ce fut au tour de Stevie Wonder de passer à la moulinette avec un Signed, Sealed, Delivered I’m Yours interminable de presque 30 minutes!

Jeudi 18 Juillet

Cela doit faire au moins quatre fois que le groupe universitaire australien The Sweethearts se produit à Porretta. Le line up est différent chaque année mais la constante reste la même lorsqu’il s’agit d’édulcorer les classiques de la Soul. C’est frais, gentil mais reste au niveau d’un bal de sous préfecture. Le seul moment digne d’intérêt fut lorsque Pee Wee Ellis se joignit à elles sur Cold Sweat. Et puis, ce n’est pas la peine d’être 28 sur scène pour faire aussi peu de bruit.
A l’inverse, le groupe italo/suisse Re: Funk ne comporte que neuf membres et leurs qualités instrumentales ne sont pas négligeables alors que la chanteuse Rayssa Lissandrello se situe dans des limites acceptables. Ils seront également rejoints par Pee Wee Ellis qui interpréta Chicken qu’il avait écrit pour Jaco Pastorius.
Et il fallu attendre trois heures avant que les choses sérieuses ne commencent. Le chanteur/guitariste Scott Sharrard ( déjà présent en 2017) venait accompagné des Bo-Keys présenter son nouvel album Saving Grace (Chronique à venir ultérieurement dans ces colonnes) dont Everything A Good Man Needs qui enregistra avec Taj Mahal. Son court set fut pour lui l’occasion de rendre hommage à Memphis qu’il qualifie de ” paradis sur terre” et au son du légendaire label “Hi”. Et c’est en citant Otis Clay et O.V. Wright qu’il conclura sa courte prestation avec une relecture particulièrement efficace du classique Precious, Precious.
Il était déjà plus de minuit lorsqu’ arriva celui que tout le monde attendait. Don Bryant était déjà venu l’an passé mais c’est un plaisir sans cesse renouvelé que de l’écouter. Quintessence de la Soul, il est agréablement soutenu par ses fidèles Bo-Keys qui se sont adjoint un nouveau batteur Clifford “Pee Wee” Jackson véritable métronome tueur qui n’a nul besoin de sauter par dessus son instrument pour attirer l’attention du public! Et aussi sans oublier la présence aussi discrète que fantasque de Archie”Hubbie” Turner aux claviers. En une heure Don déroule avec les tubes A Nickel And A Dime, 99 Pounds, What Kind Of Love, Driving Beat.. l’histoire du son de Memphis auquel il a largement contribué. L’homme est aussi simple sur scène que dans le privé et manifeste une satisfaction sans fards d’être devant le public. Et c’est tout naturellement qu’il conclura avec I Can’t Stand The Rain qu’il écrivit pour sa femme Ann Peebles.
On ne peut que regretter l’heure tardive de la programmation qui empêcha un nombre conséquent de spectateurs de profiter jusqu’à la fin du concert.

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

Porretta 2019 Day 2

Sunday, July 28th, 2019

La soirée du Vendredi commença avec JP Bimeni originaire du Burundi et qui devait être le premier africain à fouler la scène de Porretta. Accompagné par le groupe espagnol The Black Belts, il délivra un set agréable au cours duquel je cru reconnaitre Pain Is The Name Of Your Game ainsi que Keep On Running (Jackie Edwards) qui nous remémora les grandes heures du Spencer Davis Group.

Changement de pied avec la formation italienne de Luca Giordano rejoint pour l’occasion par Sax Gordon et son fils Martino. D’entrée la mise en place est impeccable pour accompagner Leon Beal Jr qui sera l’une des révélations de cette année C’est un chanteur de soul à l’ancienne qui vocalement à des intonations à la Solomon Burke ce qui évident lors de son interprétation de Cry To Me. Avec des titres comme Keep On Pushing ou encore le medley Stax le répertoire n’est pas trés original mais d’une grande efficacité. Curtis Salgado (programmé le lendemain) apparait pour une version débridée de Ain’t That Good News (Sam Cooke) où Leon lui tiendra compagnie. Et l’hommage à Sam Cooke continuera avec une puissante et émouvante lecture de A Change Is Gonna Come. Il serait selon la rumeur l’un des chanteurs préférés de Barack Obama. On peut le comprendre!

L’orchestre maison de Anthony Paul prend possession de la scène. La choriste Sandy Griffith ouvre le bal avec une agréable version de Neither the one of us.Originaire de New Orleans Willie West qui fut un temps membre des Meters enchaine pour un set qui se révélera exceptionnel.le répertoire fut un habile mélange de classiques You Send Me (Sam Cooke) et de titres originaux comme Greatest Love chanson écrite par Allen Toussaint et qu’il enregistra pour son label Deesu en 1966 Said To Myself qu’il écrivit en 1975 pour Warner Bros et de conclure avec Higher And Higher.

Annika Chambers est de Houston (Texas) et fit grande impression avec de puissantes versions de Put It Where You Want It (Joe Sample), City In The Sky (Staple Singers) et The Jealous Kind (Bobby Charles).

Chilly Bill Rankin et Jerry Jones sont des habitués du festival. Chilly Bill dont la voix semble s’être améliorée depuis la précédente fois interpréta I’ve Been Loving Too Long, Hard Too Handle et Last Two Dollars tandis que pour Jerry ce fut Gotta Get You Off My Mind, If Loving You Is Wrong et You Got Me Humming qui semble être un de ses titres fétiches pour conclure. Les deux se rejoignirent pour un hommage à Sam & Dave où se succédèrent les classiques Hold I’m Coming, When Something Is Wrong With My Baby, I Thank You et de terminer cette soirée en apothéose avec une version survitaminée de Soul Man

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

Porretta 2019 Day 3

Sunday, July 28th, 2019

Et c’est parti pour presque six heures en cette soirée de Samedi qui commence par une remarquable surprise avec Curtis Salgado. Il est, selon la légende, l’inspirateur de Dan Ackroid des Blues Brothers. Solidement accompagné par des musiciens français (à l’exception du bassiste) il interprète une poignée de classiques d’O.V. Wright I Was Born All Over, Gonna Forget About You et Nobody But You où il fut rejoint par LaRhonda Steele. Le final consista en une version musclée du classique de Larry Williams Slowdown où l’on pouvait presque entendre des intonations vocales à la Jerry Lee Lewis

LaRhonda Steele reviendra ensuite pour un hommage à Aretha Franklin. Et d’enchainer les classiques Rock Steady, Respect, Chain Of Fools et après un petit intermède composé de Take Me To The River. et Rock Me Baby de terminer avec Spirit In The Dark

Willie Walker en était à sa troisième année consécutive mais cela ne gâche pas notre plaisir tant il est le digne représentant d’une soul classique. Breaking Up Somebody’s Home fut le titre d’ouverture suivi par quatre titres extraits de son nouvel album puis de I’ve Been Watching You et de After All. C’est la grande classe.
Après une poignée d’albums dans les années 90 Wendy Motten est surtout connue pour avoir été choriste de Michael Bolton et plus récemment pour le chanteur country Vince Gill. Agréable chanteuse au registre puissant elle se contenta d’un répertoire essentiellement composé de titres d’Aretha Franklin (Since You’ve Been Gone, Baby I Love You, Think dont une remarquable version de Ain’t No Way) entrecoupè de Do The breakdown (Rufus Thomas) et de duos avec Jerry Jones (Rise Your Hand) et Willie Walker (True Love).

Nous avions déjà eu le Mercredi un aperçu de Tony Wilson qui est annoncé comme étant “The Young James Brown” Le show démarre par une présentation aboyée à la manière de Danny Ray et avec Get Up Off That Thang pour enchainer avec Cold Sweat. Il est évident que la comparaison avec son mentor est difficile à appréhender car il est évident que la copie soutenue par un orchestre qui n’a pas la puissance de feu des JB’s, même si elle est sympathique, est loin de valoir l’original malgré la débauche de jeux de scène allant jusqu’à inclure des sauts pérolleux arriére !! Un medley Get On The Good Foot/Soul Power suivit. Et sans aucune surprise tout ceci se termina avant un ultime Sex Machine avec Please, Please, Please et le rituel des capes. Rien ne nous aura été épargné!. La seule originalité de cette prestation fut sa version de It’s A Man’s Man’s World accompagnée par la violoniste asiatique Judy Lei.

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

Porretta 2019 Day 4

Sunday, July 28th, 2019

Page en construction

Porretta 2019 Le “Off”

Sunday, July 28th, 2019

Le Lundi matin la ville s’éveille vidée de tous ses festivaliers et laisse place à ses activités habituelles comme cette course cycliste dont le point d’arrivée est La Piazza de La Liberta.


Mais les curieux, qui sont peu nombreux, savent qu’ils ont la possibilité de revoir certains artistes à condition de sortir de la ville. C’est ainsi qu’ils produisent traditionnellement le lundi à Vergato et le mardi à Marzoboar ville martyre tristement célèbre pour le massacre de plus de 1800 de ses habitants par les troupes nazies en Septembre 1945 et qui contrairement à Ouradour sur Glane fut entièrement reconstruite. (en photo, une parite du mémorial où figure les photos des victimes de la barbarie)

Les shows dans ces deux villes sont relativement courts (moins de deux heures) en présence de public du cru et donnent parfois d’agréables surprises non entendues lors des soirées précédentes comme celle où Chilly Bill Rankin à la voix légèrement rauque interpréta une surprenante version de That’s the Way I Feel About Cha (Bobby Womack).

Mais Porretta c’est aussi la surprise de rencontrer Don Bryant et les Bo Keys, dont l’inénarrable Archie “Hubby” Turner à l’aéroport de Roissy et le lendemain de prendre un verre ensemble en terrasse.

C’est aussi Jerry Jones qui dédicace l’album d’Ike Turner The Edge sur lequel, selon lui, il n’apparait en compagnie de son groupe d’alors Home Grown Funk sur un seul titre Party Vibes et non sur la totalité des dix titres comme l’affirme une revue française spécialisée.


Et puis, bien entendu, c’est le traditionnel repas/réunion organisé le Dimanche midi par le groupe Il Zoccolo Duro fondé par des passionnés italiens de la première heure dont certains peuvent se vanter d’avoir assisté aux trente deux éditions du festival au restaurant La Pace qui au fil du temps est devenu notre “tana” (tanière). Les artistes sont cordialement invités et cette année Wendy Motten, Willie West, Jerry Jones, Chilly Bill Rankin et Anthony Paule nous firent l’honneur de leur présence. Et bien évidement, tout ceci se termina en chanson comme le montre la vidéo ci dessous.

Et un séjour à Porretta serait incomplet sans une visite à nos amis du pub “Il Califfo

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas, Jean-Claude Morlot with a little help from Graziano Uliani & Hella Lopez

The 4th International Soul Festival 2019

Tuesday, July 2nd, 2019

We at Soul Corner have the pleasure to welcome a new columnist Dave Thomas from the highly specialized british magazine In the Basement. His expertise and knowledge about Soul Music are very welcome

The 4th International Soul Festival.
At The Winter Gardens Blackpool UK.
Friday 14 June - Sunday 16 June 2019.
Report by Dave Thomas who was with Jean-Claude Morlot.

This years festival held at The Winter Gardens Blackpool clicked into action with 6 rooms of various versions of Soul Music, ranging from Connoisseurs 60’s & 70’s Heaven, Soulful Dance & Modern Soul, through to the biggest Northern & Motown Memories in the Empress Ballroom. The main reason for myself and Jean-Claude’s attendance was to see the live music which was presented in the Empress Ballroom, which is a Grade II listed building, built in 1896, with a capacity to hold a 3,000 audience.

I must say it seemed like there was 3,000 people in the venue to watch the opening act from Memphis, Randy Brown who started his career as lead singer for Stax recording artists The Newcomers along with his brother Bertram, who travelled to Blackpool with his brother to sing backing vocals. Their other brother was William Brown III of the Mad Lads. I was eagerly waiting to see Randy, as I had never seen him before, so it was delight when Randy stepped on stage looking elegant in a mauve coloured suit. Randy only got to do three songs “I Was Blessed (The Day I Found You)”, “I’d Rather Hurt Myself” and “I’m Always In The Mood”. Randy who to me has always been underrated has a great voice and he certainly proved it with his sublime delivery. The Snake Davis Band & The Suspicions & Bertram Brown did a great job behind Randy as he showed the Soul world what a great performer he is, with this great short set. My only complaint is the set should have been longer. Randy is the finest Memphis singer who has never sung at the Porretta Soul Festival in Italy.

Motown Recording artist Brenda Holloway was the next artist and thankfully Brenda did a much longer set. Brenda wearing a reddish dress & gown got her performance under way with “I’ll Be Available”, “When I’m Gone” a personal favourite of mine from Brenda’s catalogue. Brenda who I have seen three times previously was in great voice as she carried on with “He’s My Kind of Fella”, “Every Little Bit Hurts” and “You Kept On Hurting Me”. Brenda seemed to be enjoying herself on stage and with her best Dusty Springfield hairdo, she carried on with “How Many Times Did You Mean It“. The audience were certainly enjoying the show as Brenda launched into “Reconsider” and ending her very good set with “You Made Me So Very Happy“, the record she wrote and which went on to be a massive worldwide hit for Blood Sweat & Tears. Sadly that brought the live music to a close, but it was not the end as the music for dancers in some of the different rooms did not finish until 4.00 am.

Saturday began with the showing of a film in the Opera House , Bang! The Bert Berns Story. I must say it is a very good film with lots of Soul artists appearing in it.

H.B.Barnum

H.B.Barnum

After a half hour break there was an audience with H.B. Barnum, and it was a fascinating incite to his involvement with Aretha Franklin and Capitol Records. H.B. Barnum has worked with Frank Sinatra, Lou Rawls, Etta James, Little Richard, Gladys Knight, Count Basie. He spent 25 years as Aretha Franklin’s music director along with the many artists he has worked with for over 50 years.

Saturday evening seemed like there was even more people in the Empress Ballroom to see the opening act, who is currently a member of The Four Tops, who replaced Levi Stubbs in the Four Tops in 1999, 20 years ago, Ronnie McNeir. “Isn’t She A Pretty Girl” got the show underway, followed by “Hold On To The Dream”. Ronnie wearing a white silky jacket looked good and his melodic honey toned tenor voice was superb on “Just Ask The Lonely” indulging us to something from his Four Tops career. Ronnie had the audience fully with him on his Northern hit song “Sitting In My Class“. At the end of his set Richard Searling came on to admit he forgot to get Ronnie & The band to perform “Wendy Is Gone”, but Ronnie always inventive came back on jump on the keyboards and did an improvised version of “Wendy Is Gone” to great applause from the crowd.

The next artist should have been Prince Phillip Mitchell, but sadly he was unwell a week before the show and was under Doctor’s orders not to travel. Snake Davis did a couple instrumentals of Phillip’s songs “Home Is Where The Heart Is” a song Phillip wrote for Bobby Womack. Snake also did “I’m So Happy” and the words where displayed on screens so everybody could sing along to, I am so glad to report everybody did join in.

Next we got a reprise of the night before with Randy Brown & his brother Bertram on stage to give another performance of his excellent “I’m Always In The Mood”, what can I say it was magical, Randy’s wonderful soulful vocals were great on this Homer Banks/Carl Hampton song. Well done Richard Searling for bringing him back for this wonderful song to be heard again.

Brenda Holloway also came back to perform my favourite of her’s “When I’m Gone” and also her “You Made Me So Very Happy“. Brenda dressed in an all white one piece trouser onesies with big petal like piece on her arms and a curly hair style looked stunning and sounded very good as well.

The final act of the day was Eddie Holman who did a terrific set, Eddie was full of bravado as he stepped on stage in a red shiny suit topped off with a white hat. We had the Northern Soul classic “I Surrender” and “She’s Wanted (In 3 States)” in Eddie’s 40 minute set. Eddie kept telling us how good he was and how he had the best falsetto voice in the world and who am I to argue with Eddie. Eddie who is an ordained Baptist minister and at 73 looks younger, also did “Where I’m Not Wanted” & “This Will Be A Night To Remember”. But I suppose the highlight of the set was “Hey There Lonely Girl”. I have to say it is amazing how he gets that falsetto voice around “I Surrender” & “Hey There Lonely Girl” A terrific set to end the night.

All in all I must thank everybody involved with this years show, as it was a great success, just the one complaint please please give a bit more time to some of the acts, although to be fair it was only Randy Brown’s set that was way to short.

I get in on the act with the stars.

Text and Photos by Dave Thomas

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!