Payday Loans

Archive for July, 2015

Porretta 2015

Friday, July 31st, 2015

Traditionnellement, le festival se termine le Dimanche soir par un final qui réunit tous les artistes. C’est l’occasion de dire au revoir et à l’année prochaine aux nombreux amis de toutes nationalités dont nous avons fait connaissance au fil du temps.

Jean-Claude MORLOT
PHOTO : Anne de COLBERT

Porretta 2015 Day 1

Friday, July 31st, 2015

Le Jeudi est traditionnellement gratuit mais ne l’etait plus cette année même s’il ne s’agissait que d’une modeste contribution de 15 Euros .
Cette soirée commença avec La Fanfare du 3éme Régiment de Carabiniers de Lombardie. Clemenceau disait souvent la musique militaire est à la musique ce que la justice militaire est à la justice. Nous en eûmes une nouvelle démonstration. Si la frime toute empreinte d’emphase transalpine du chef d’orchestre n’avait été dérisoire elle en aurait pu être sympathique.
Musicalement, il évident que les protagonistes semblaient plus habitués à défiler au son des marches militaires qu’a celui des classiques de la Soul. La rythmique était souvent lourde et certains solistes s’égaraient parfois. L’intention était louable, le public italien a adoré. C’est peut être l’essentiel après tout.

Suivait le groupe japonais Osaka Monorail qui s’était déjà produit en 2013. J’avais écrit à cette occasion ” La soirée du Samedi traditionnellement la plus longue est celle qui attire le plus de public. Comme à l’accoutumée commence par de l’exotisme soul. Cette année c’est le groupe japonais Osaka Monorail dont le nom fait immédiatement référence à James Brown qui s’y colle. Les tubes funky Hot Pants, Turn a Loose, Funky Chicken etc … s’enchaînent. La cohésion, la mise en place et les musiciens sont parfaits. Mais que de vacuité ! Je n’ai pu m’empêcher de penser au compositeur Gustave Mahler ( 1860/1911) qui avait déclaré : « La tradition c’est la fainéantise ». Deux ans après, mon avis reste le même puisque cette démarche s’inscrit dans la lignée de ces formations comme les Sweet Vandals dont la seule originalité est de ne pas en avoir!

A charge pour Fabio Ziveri et son groupe bolognais Groove City de clore la soirée. La chanteuse Sabrina Kabua qui en est la cheville ouvrière eut tout loisir de s’exprimer avec une longue série de reprises (What’s going on, Grapevine, et Breaking Up Somebody’s Home qu’elle dédia à Toni Green puisqu’elle fut sa choriste les années passées. Durant I Can’t Stand The Rain le présentateur Rick Hutton introduisit Wee Willie Walker. Sabrina restera pour un long duo.
Et ce que nous aurions pu supposer être un final n’en fut pas un puisque Willie interpréta une composition originale Lucky Looser. La soirée était loin d’être terminée puisque Rick Hutton qui est originaire de Liverpool livra une version toute britannique de 6345789. Et nous allions de surprises en surprises puisqu’il fut rejoint par David Hudson puis Prince Philipp Mitchell et ensuite par Théo Huff pour Who’s Making Love.et Turn Back The Hands Of Time

Ce gigantesque happening final justifiait à lui seul les quinze euros d’entrée!!

Texte : Jean-Claude MORLOT
Photos : Anne de COLBERT

Résumé photo de cette première journée (copyright Anne de Colbert )


Kizoa slideshow: Porretta2015 - Slideshow

Porretta 2015 Day 2

Friday, July 31st, 2015

Sugaray Rayford accompagné par le Luca Giordano Band ouvre la soirée du Vendredi.
D’emblée, il déclare qu’il est plutôt un chanteur de blues qu’un chanteur de Soul mais que son répertoire comportera des classiques d’Otis Redding, de Bobby Womack et même de Z.Z. Hill. Il s’en expliquera plus tard en disant « vous appelez cette musique « Soul » mais pour moi c’est du Blues » (Ce qui n’a, bien évidement, pas la même signification en Europe où le terme est synonyme de Chicago NDR) . L’ironie veut qu’à l’exception de I’ll Play The Blues For You et de Wonderful World son répertoire ne comporte que des compositions originales. Ce qui l’occasion d’assister à une remarquable démonstration de Soul sudiste.

C’est le Anthony Paul All Star Band épaulé par Mike Rinta et Sax Gordon qui officie cette année en tant que « house band». Pour la plaisir de tous, la prestation de Théo Huff se compose essentiellement de reprises de classiques Who’s Making Love, Turn Back The Hand Of Time. L’influence de Johnnie Taylor est évidente et sera d’autant plus remarquée lorsque David Hudson lui fera une visite inopinée lors de Last Two Dollars.
S’il est un artiste qui valait à lui seul le déplacement à Porretta c’est bien Prince Philipp Mitchell. Longtemps compagnon de route de Norman Connors, auteur de nombreux succès (Starting All Over Again pour Mel & Tim, It Hurts So Good pour Millie Jackson) il est la quintessence de la puissance et de la classe d’une Soul intemporelle. Le set relativement court (30 mns environ) laissa les inconditionnels dont je fais partie sur leur faim. J’en retiendrai toutefois une version de At Last où il fut admirablement soutenu par la saxophoniste Nancy Wright.

Difficile pour Frank Bey au registre différent d’enchainer derrière. Un répertoire soul/blues assez convenu, un professionnalisme assuré firent passer la demi heure impartie. Dans le même registre Wee Willie Walker s’inscrit dans la lignée des “blues shooters” à la manière de Bobby Bland sans toutefois en atteindre l’incroyable charisme. La voix et l’instant furent sympathiques. Il est toutefois dommage de constater la disparité entre les temps accordés aux différents artistes car il est clair qu’il aurait été préférable d’ en consacrer un peu plus à Philipp Mitchell

Texte : Jean-Claude MORLOT
Photos : Anne de COLBERT, Jean-Claude MORLOT (avec la mention Soul Corner)


Slideshow: Porretta2015-Day2 - Slideshow

Porretta 2015 Day 3

Friday, July 31st, 2015

Ce Samedi commença avec le groupe espagnol Sugar Hill Band qui ne devait certainement d’être présent sur la grande scène qu’au fait que le Festival de Porretta s’expatriait la semaine suivante pour un week end à la Grande Canarie. Rien de bien nouveau sous le soleil de Las Palmas puisque pendant une heure nous eûmes droit à une version locale des Commiments mitigée de Los Bravos. C’était une heure trop longue d’une soirée qui en dura six.
Le vétéran Derek Martin qui était un petit nouveau à Porretta débuta avec une version de Hit the Road Jack interprétée à la manière de Cab Calloway qu’il enchaîna avec son célèbre Daddy Rolling Stone qui fut popularisé en Europe par la reprise qu’en firent The Who. Il se consacra à ses enregistrements des années 60 en omettant le fameux Soul Power qui fit pourtant sa gloire pour le label Volt de la firme Stax.

Joe Arnold est un autre vétéran puisqu’il fut membre des Memphis Horns et accompagnateur d’Otis Redding. C’est en toute logique qu’il reprit les classiques 63745789, Last Night et Soul Trippin’

J’avais découvert Chick Rodgers en 2009 au Black Festival de Narni. Elle était déjà venue à Porretta où il apparaissait qu’elle soit gênée et jalouse de l’ombre que lui faisait une autre chanteuse cette année absente. Cette rivalité fréquente dans le show business semblait superflue et stupide car le talent de l’une ne pouvait l’emporter sur celui de l’autre.
Très vite accompagnée par le légendaire batteur Bernard Pretty Purdie, elle interprétera un répertoire essentiellement composé de titres d’Aretha Franklin (Baby I love you) à l’exception de I’ve Got To Use My Imagination et de To Know Is To Love You. La voix est puissante et pleine d’émotion et force est de reconnaître qu’elle donna son maximum ce soir là.

Bernard Purdie sera ensuite de retour pour son set. Celui que l’on présente plus tant son CV est impressionnant fit une démonstration de son habileté et de son jeu efficace tout en finesse. Ayant contribué au mythique Memphis Soul Stew , il était normal qu’il conclut en le reprenant rebaptisé pour l’occasion Porretta Soul Stew !! tandis que Sax Gordon avait pour difficile tâche d’évoquer King Curtis.

C’est un plaisir de voir et de revoir la sémillante Sugar Pie De Santo. A bientôt 80 ans, elle continue à amuser et prendre du plaisir à distraire son public. Elle passe ainsi d’un registre triste avec Life Goes On dédié à son mari décédé à un style plus décontracté où elle est le show à elle seule dansant, riant en toute simplicité avec les spectateurs. Comme à son habitude, elle terminera en interprétant son tube intemporel In The basement.
Tout aussi décontracté et à l’aise est Frank Bey. Il alterne titre autobiographique (Black Bottom) et titres plus funky (Kiss Me Like You mean It). La nuit étant bien avancée, le show fut écourté.
David Hudson eut l’honneur de clore cette longue soirée. Était ce la fatigue ou l’attente mais force est de reconnaître qu’il ne s’est pas compliqué la tâche en étirant Take Me To The River à l’infini alors que la voix était moins flamboyante que d’ordinaire.

Texte : Jean-Claude MORLOT
Photos : Anne de COLBERT


Slideshow: Porretta Festival 2015 - Day 3 - Slideshow

Porretta 2015 Day 4

Friday, July 31st, 2015

La dernière soirée commença avec le groupe Amnesia International (sic) qui bénéficia du soutien de Sax Gordon sur le titre d’ouverture Hold On I’m Coming tandis que l’omniprésent Rick Hutton s’incrusta pour une version très personnelle de Mustang Sally.
Toujours avec Sax Gordon, qui ne pourra renier l’influence majeure qu’a du avoir sur lui Big Jay Mc Nelly ,Anthony Paul enchaîna avec un instrumental et la chanteuse Loralee Christensen avant d’entrer dans le vif du sujet.
Cette soirée du Dimanche est traditionnellement une révision générale des journées précédentes C’est ainsi que Derek Martin refit, peu ou prou, le même set avec des versions déjantées de Daddy Rolling Stone et de Hit The Road Jack.
Il en fut de même pour Prince Philip Mitchell
qui commença avec At Last et termina avec Home Is Where The Heart Is (qu’il avait écrit pour Bobby Womack). Il semble que la fatigue soit la raison d’une aussi courte prestationet il est dommage qu’un artiste de ce calibre n’ait pas eu l’opportunité de s’exprimer plus longuement.

Theo Huff était très élégant dans son costume blanc à liseré orange et chapeau et chemise assortis. Il serait injuste de réduire ce jeune nouveau venu sur la scène à ce détail vestimentaire car il aura été la découverte majeure de cette cuvée 2015. Contrairement à la veille il interpréta des titres plus confidentiels comme It’s A Good Thing I Met You et fit également la démonstration qu’il savait faire participer le public lors d’une longue improvisation.
Frank Bey s’exprimant dans un style plus classique enchaîna avec des titres extraits de son dernier CD .(I Can’t Go On, Kiss Me Like You Mean It) pour conclure sur un medley funk comprenant Thank You (Sly Stone)
Puis Bernard Purdie revint pour un Porretta Soul Stew dont Sax Gordon affirma avoir trouvé la recette au restaurant La Pace!! pour ensuite laisser le soin à Nancy Wright d’assurer le redoutable solo qui fit la gloire de King Curtis.
Sugar Pie De Santo se définit comme une fantaisiste (entertainer) plutôt qu’une chanteuse. C’est vrai qu’elle combine avec excellence les genres et ne s’en prive en privilégiant les blagues au détriment du répertoire. C’est ce qui fait partie de son charme.
David Hudson se montra en meilleure forme que la veille et la différence se fit rapidement sentir avec de splendides versions de Love And Happiness et You Got The Love. Chick Rodgers excelle dans les reprises d’Aretha Franklin comme Natural Woman, mais il serait souhaitable de la voir s’exprimer dans un répertoire plus original pour mesurer l’étendue de son talent comme elle le fit avec To Know Is To Love You.
Et comme le veut la tradition tous les artistes se retrouvèrent sur scène pour le grand final d’une 28 ième édition qui se sera révélée excellente.

Rendez vous est donc déjà pris pour l’année prochaine.

Grazie a Graziano Ulliani ed alla sua squadra. All’anno prossimo

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos ; Anne de Colbert (à l’exception de Théo Huff par Jean-Claude Morlot)


Slideshow: Porretta2015-Day4 - Slideshow

Porretta 2015 : Le Off

Friday, July 31st, 2015

Porretta c’est aussi les retrouvailles entre les membres du “Zoccolo Duro” (Le Noyau Dur). Certains sont ici en photo devant la fresque hommage à Rufus Thomas peinte sur le mur de la rue principale de Porretta.

C’est aussi retrouver la fine fleur de la critique Soul anglaise (Dave Thomas/In the Basement) Harry Grundy et faire la connaissance de Heikki Suosalo (éditeur du magazine finlandais aujourd’hui sur le net)
(www.soulexpress.net)

C’est aussi David Hudson qui passe en boucle au pub Il Califfo le très rare DVD que je lui ait donné de son unique concert français en Juillet 93 à Vienne. Il y faisait la première partie de Millie Jackson et la rejoignait à la fin pour un duo. (Ici en copie d’écran)

C’est aussi la visite à Michele dans son restaurant Le Salette (https://www.facebook.com/pages/Ristorante-Le-Salette/1415057302095244?pnref=lhc) Via nazionale 110 Ponte Della Ventura à deux kilomètres de Porretta pour déguster de succulents plats de fruits de mer frais à prix défiants toute concurrence.
C’est aussi le traditionnel repas dominical au restaurant La Pace (https://www.facebook.com/ristolapace?pnref=lhc) en compagnie des artistes. Il faut bien avouer hormis l’animation commencée par Vito Asta et Tonino Novelli que l’ambiance ne fut pas celle des années passées car les artistes ne se prêtèrent pas au jeu. Réflexion entendue d’un des amis italiens “Ils sont surtout venus profiter d’un repas gratuit !!

C’est aussi partager de sympathiques moments avec les artistes. Ici en compagnie de Theo Huff et Prince Philip Mitchell

Pour regarder cette vidéo correctement il faut déconnecter le son du Player en haut à droite de la page d’accueil (bouton orange).
To watch this video properly you must switch off the sound of the Player on top right of the Home page
(orange)

Texte et Vidéo : Jean-Claude Morlot
Photos : Anne de Colbert

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!