Payday Loans

Archive for September, 2009

Narni Black Festival (In English)

Wednesday, September 23rd, 2009

Ce texte en anglais sera également publié dans la revue anglaise IN THE BASEMENT courant Octobre.
This text will be published in the English magazine IN THE BASEMENT in October.

Narni Black Festival, now in its eleventh year, is after Porretta the second most important Soul festival in Italy. Located about 100 kms from Roma, Narni is a medieval city (founded 233 BC) dominated by the huge castle Rocca Albornoz built around 1370. A stroll among the steep paths is a journey into the past as every stone of every wall or house oozes History.
For one week the main place “La Piazzia Dei Fiori” is occupied by a large stage. For obvious reasons and because the first days are only concerned by free gigs including Dick Halligan (a member of Blood Sweat & Tears) or the screening of The Commitments, I will only concentrate on the weekend.

On Friday, the show starts with an Italian backing band, The Soul Spinner, led by Sergio Cocchi who despite a malformation on his left hand is a good keyboard player. Then comes on stage Roy Young. I must confess that I did not know the man except the review of his album “Memphis” in ITB and Willie Mitchell’s words (”Who would have thought that a Jamaican born singer, who is living in Tel Aviv, would be the one responsible for saving Soul Music in the U.S.?”)From the first notes, the man appears to be a revelation. He has been fed with the sound of the greats (Redding & Pickett) and possesses a powerful voice full of emotion. Surprisingly and contrary to the rules of many festivals, his repertoire consisted mainly of songs from his album and not of the “suggested” usual covers. The rest of the material was Mustang Sally, a surprising Everybody Hurts from REM and to close the set an astounding and full of fire version of Hey Jude.
We are never surprised with Solomon Burke but curiously at the same time we still are because who knows what comes to his mind when he comes on stage. Except some titles from his new album, the routine was the same. The only surprise was when he asked Roy Young, Toni Green and Melvia Rodgers to join him on stage. As everything looked impromptu, it seemed more like a jam than a few duets on Mustang Sally.
As there was a party with the famous DJ Frankie Knuckles at the castle, the night was still young. I must confess that I went there just to have a look at the inside of the monument and stayed only fifteen minutes.

Saturday was Ladies Night. Toni Green was a bit nervous to open for Dionne Warwick but at the same time was not displeased by the confrontation. Adversity seems to be her engine and once she hits the stage the turbo is on. Her sensuality, her vocal ease to interpret all the great classics (Tell Mama, Neither The One Of Us or A Change Is Gonna Come with her now extension, as she did in Porretta, to The Man In The Mirror) in her way helped her to conquer the public. Watching her eyes, I understood that she was not denying herself!
Ironically, the comparison between the two women was made by itself with Dionne Warwick’s appearance. She is considered a diva and I think the public was waiting for one. In fact, she played it asking for photos only during the first song. But as she was wearing a pair of jeans and her hair in a simple bun, she disappointed a lot of her fans. Vocally, she remains a really good singer with a repertoire which, without any surprise with five musicians on programming, including a Stevie Wonder’s sample on That’s What Friends Are For, was a walk on Memory Lane. As most of the public seemed to enjoy the show, she was not reacting to it in keeping some distance with the edge of the stage and refusing an encore. The audience heard what they wanted to hear but some discordant voices claimed that with her glamour and her presence Toni Green was the queen of the night.

On Sunday, as Toni Green, Melvia Rodgers are born in the city and Roy Young recorded there it was the Memphis Parade.

Without surprise Roy gave us more or less the same show as two days ago. Toni in her short black dress had a Tina Turner look and developed the same kind of energy with titles like Just My Imagination or even with Bad Girls where she played herself as a disco queen.

Melvia Rodgers was discrete during the entire weekend. As she sings in I’m a woman “I could make love with a crocodile” she was despite some ego problems backstage willing to eat everybody! On stage, we have discovered a really talented woman with a versatile voice able to change from Aretha Franklin (Natural woman, Baby I love you) to traditional Chicago blues, the city where she lives now, with The thrill is gone or I’ll play the blues for you. And the festival ended with a grand finale with the three of them.

But surprisingly, the night was not over with an unexpected party headed at the Communal Theatre and organised by Rosso Bastardo Live (a shop window largely sponsored by a local generous wine grower Luciano Cesarini in order to help young artists, designers, DJs or VJs to prove their talents). As this was spontaneous, we began with only a few with Toni and Roy. Then Soul Spinner joined and so on. Everybody went on stage for a jam as Rosso Bastardo wine was largely tasted and appreciated.

Text and Photos :JCM

In complement, here is a video filmed during the recording of Roy Young’s album in company with the legendary Willie Mitchell.

En bonus une vidéo de Roy Young tournée à l’occasion de l’enregistrement de son album en compagnie du mythique Willie Mitchell

Narni c’est aussi…

Monday, September 7th, 2009

• Narni c’est surtout une ville médiévale fortifiée où il fait bon se promener dans ses ruelles escarpées et où chaque pierre transpire son lourd passé historique. Le festival a lieu dans son centre : La Piazza dei Priori.

• C’était aussi, le temps du festival, au Théâtre Communal, l’autre point névralgique des animations grâce à BastardoRossoLive une vitrine artistique animée par un mécène local Luciano Cesarini destinée à aider de créateurs artistes musiciens, DJs, VJs , comédiens danseurs à se produire et à être connus et qui fonctionne comme son modèle New Yorkais où Robert De Niro, Dustin Hoffman viennent gracieusement donner des cours aux étudiants.
• C’est aussi toujours Luciano Cesarini vigneron et propriétaire d’une exploitation ultra moderne (Signae Cesarinisartori) et pour laquelle il ne cède pas aux sirènes du modernisme puisque sa vigne n’est pas traitée aux pesticides et qu’il se bat pour protéger les espèces animales en voie de disparition sur son domaine. Le Montefalco est un grand nectar.
• C’est aussi les répétitions avec les artistes et les discussions « backstage » (en photo Toni Green et Melvia Rodgers)

• C’est aussi l’hôtel Dei Priori, un havre de calme dans un bâtiment du 15 ième siècle entièrement rénové et situé à quelques mètres de la grande scène.
• C’est aussi la réception à la Mairie avec tous les édiles locaux.
• C’est aussi, et surtout, l’accueil sympathique de tous que je remercie Luciano, Francesco, Silvano et ainsi que tous les amis italiens que je croise au gré des festivals.
• L’inoubliable soirée finale improvisée qui aux dires de certains fut un des points culminants de ce festival qui, me concernant ne devrait pas être le dernier.
• Narni ce sera aussi, dans quelques jours, le compte rendu en anglais

Texte et Photos : JCM

NARNI (DAY 3)

Sunday, September 6th, 2009

Avant de parler de la dernière soirée du festival il convient de saluer la prestation du groupe italien accompagnateur Soul Spinner. Cette formation, déjà applaudie à Porretta, et qui devrait devenir un fameux house band, est emmenée par Sergio Cocchi mythique par un handicap physique qui ne l’empêche pas de maitriser remarquablement ses claviers. Ses talents ne se limitent pas à sa technique musicale puisqu’il est également un excellent chanteur dont il fit la démonstration lors d’une superbe version de Use me. Cette soirée était appelée la « Memphis Parade » puisque ses trois protagonistes sont issus ou ont travaillé dans la ville mythique. Roy Young ouvre la session avec un répertoire qui ressemble peu ou prou à celui du Vendredi. Mais il n’y a pas lieu de se plaindre tant sa Soul est de qualité.
Dans sa petite robe noire courte Toni Green avait des allures de Tina Turner. Comparaison qu’elle semble assumer jusque dans son jeu de scène. Dynamique dans Use My Imagination, émouvante dans sa reprise de A Change is Gonna Come qu’elle prolongea comme à Porretta par A Man In The Mirror dans une version différente certainement due au fait que la transition entre les deux titres demande un gros travail de répétition.

Melvia Rodgers avait été discrète durant ces trois derniers jours. Celle qui chante dans I’m A Woman “I could make love with a crocodile” avait réellement envie de bouffer tout le monde et il y eut des problèmes d’ego en coulisse. Cela dit, il convient de reconnaitre que la bougresse possède un redoutable timbre de voix qu’elle exploite à fond dans un répertoire essentiellement composé de titres d’Aretha Franklin (Natural Woman, Ain’t no way) tandis qu’elle flirte un peu du côté du blues (I Play the blues for you, The thrill is gone) comme pour justifier sa relocalisation à Chicago.


Le festival se termina sur ses dernières notes mais la soirée n’était pas terminée puisqu’elle se termina jusque fort tard dans la nuit au Théâtre Communal à l’initiative de Rosso Bastardo Live avec Toni Green, Roy Young et une Melvia Rodgers étonnamment discrète voire effacée.

Texte et Photos : JCM

NARNI (DAY 2)

Thursday, September 3rd, 2009


Ce samedi était, comme il est dit dans la présentation, une « Ladies Night ». Toni Green avait le redoutable honneur d’assurer la première partie de Dionne Warwick. Elle était quelque peu inquiète de cette confrontation alors qu’elle ne semble pas d’habitude craindre la compétition.
L’adversité semble être son moteur car dès qu’elle entre en scène le turbo est mis. Sa présence est un mélange de sensualité, d’émotion et d’assurance vocale. Ces ingrédients accompagnent une aisance naturelle qui lui permettent de passer d’Aretha Franklin (At last) à Ann Peebles (Breaking up somebody’s home) pour contribuer à ensorceler un public qui le lui rends bien. En la regardant lors du rappel je compris qu’elle ne boudait pas son plaisir.

Ironiquement, la comparaison se fit d’elle-même quelques instants plus tard avec l’arrivée de Dionne Warwick. Elle est considérée comme l’une des divas et je pense que beaucoup attendaient qu’elle se montre à la hauteur de sa réputation. Ce qui fut fait lorsqu’on annonça que les photos n’étaient autorisées qu’à la première chanson. A l’inverse la déception fut grande lorsqu’elle fit son apparition puisqu’elle était en jeans, les cheveux tirés en arrière en un vague chignon. La tenue devait être de rigueur puisque sa pianiste avait la même assortie de claquettes aux pieds. Passé ce moment de surprise, force est de reconnaitre que la voix toujours aussi harmonieuse n’est pas altérée par les ans. C’est ainsi qu’elle se lança accompagné par cinq musiciens et force synthés en guise de cordes dans un vaste tour d’horizon de ses succès de Walk on By à Heartbreaker. Mais il subsistait ce malaise du contact avec le public qu’elle refusait puisqu’elle se positionnait toujours en retrait sur la scène et allant jusqu’à ne pas répondre à la demande de rappel.

Certains apprécièrent pour avoir entendu ce qu’ils attendaient, d’autres furent déçus allant même jusqu’à proclamer que côté show et glamour qu’il valait mieux regarder du côté de Toni Green.
Certains italiens allant même jusqu’à déclarer qu’elle avait été la reine de la soirée.
Texte et photos: JCM

NARNI (DAY 1)

Wednesday, September 2nd, 2009

Roy Young avait la redoutable tâche de démarrer le week end en faisant l’ouverture de Solomon Burke. Cet artiste méconnu en Europe fut l’une des révélations de ce festival. La voix puissante et remplie d’émotion démontre que nous ne sommes pas en face d’un novice (Né en Jamaïque, il émigra à Londres à l’âge de treize ans où il découvre les sons d’Otis Redding et de Wilson Pickett). Alors que l’on aurait pu s’attendre à un répertoire Soul convenu, comme c’est souvent le cas dans ce genre de manifestation, nous eurent, hormis Mustang Sally, le plaisir de découvrir qu’il interprétait surtout des titres extraits de son dernier album Memphis. A noter qu’il s’excusa presque de chanter Everybody Hurts de R.E.M. Son autre incursion dans la musique plus conventionnelle fut une remarquable relecture de Hey Jude dont il fit une boule d’énergie. Il ne reste plus qu’à espérer le voir se produire sur une scène française et, pourquoi pas, à Porretta qui semble un endroit désigné pour lui.

Il y a des gens qui renâclent à l’idée de voir Solomon Burke dans tous les festivals et qui considèrent qu’il y a trop plein de déjà vu. L’avantage est que le bonhomme, même s’il reprend inlassablement et avec le plaisir ses classiques, est imprévisible. Il a tout son répertoire dans son prompteur et peut répondre aux demandes du public aussi saugrenues soient elles. Dans le cas présent, il proposa quelques titres extraits de son album à paraitre. Il les connaissait apparemment peu ou mal puisqu’il chaussa ses lunettes pour s’aider de son prompteur. Tout ceci est fait avec discrétion et professionnalisme et il faut être au bord de la scène pour s’en rendre compte. La surprise fut le final où il fut rejoint par Roy Young, Melvia Rodgers et Toni Green. Il s’agissait plutôt d’une présence amicale que de jam car le tout avait été visiblement improvisé. Ses concerts sont toujours d’agréables fêtes où le public est largement convié. Ce soir là, l’apothéose semblait inédite.

Mais la soirée n’était pas terminée pour les noctambules qui se précipitèrent au château Rocca Alobornoz pour assister à la prestation du DJ “Godfather of House MusicFrankie Knuckles.
La soirée se déroulait dans le cadre prestigieux de la grande salle de réception d’un monument en parfait état de conservation. Seuls les personnes concernées apprécièrent. Ce qui ne fut pas mon cas.

Texte et Photos: JCM

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!