Payday Loans

Archive for May, 2009

Spencer Wiggins à Porretta

Saturday, May 30th, 2009

C’est désormais un lieu commun que d’écrire que Porretta est l’endroit où chaque amateur sincère de Soul doit aller au moins une fois dans sa vie. Le seul danger soit que son séjour ne devienne une addiction.
Le directeur artistique Graziano Uliani qui nourrit pour son festival de grandes ambitions se pique de dénicher des talents méconnus voire oubliés et qui pourtant contribuèrent à la grandeur de cette musique que nous aimons tant. C’est ainsi qu’il débaucha Swamp Dogg et sorti de sa tanière le légendaire Eddie Hinton.
Cette année, la surprise est de taille puisqu’il a réussi à convaincre Spencer Wiggins de venir se produire. Spencer Wiggins a fait partie de la cohorte des chanteurs sudistes qui dans les années soixante remportèrent un succès modeste. Signé par le label Goldwax il avait pour partenaire les fabuleux O.V. Wright, James Carr alors que ses producteurs/ compositeurs étaient Quinton M Claunch et Rudolph V. Russell.
Son œuvre majeure restera Uptight Good Woman ( écrite par Dan Penn et Spooner Oldham)contemporain de When A Man Loves A woman qui l’éclipsa alors que That’s How Much I Love You rencontra une audience moindre ce qui n’empêcha son édition française.

Comme beaucoup de ses confrères, il s’est tourné vers la religion puisqu’il est désormais diacre au sein de la New Baptist Church de Miami.


Il est à craindre, qu’à l’instar de Joe Simon l’an passé, que son répertoire ne consiste qu’en une suite de « bondieuseries » et se concentre sur des titres extraits de son dernier Cd I’m going on alors que le public souhaitera certainement l’entendre interpréter ses anciennes ballades. Genre dans lequel il excelle. Il n’y a plus qu’à espérer qu’il soit moins psychorigide que son prédécesseur.

Texte : JCM
Photo : Courtesy Graziano Uliani
Illustration : Collection JCM

Black Stamp Music Live

Wednesday, May 20th, 2009

Ambiance décontractée et bon enfant pour le premier concert de Black Stamp Music au Ducs des Lombards. Le MC n’est autre que le célèbre Sidney qu’on ne présente plus. Son dynamisme et son humour sont tels que le temps ne semble pas avoir de prise sur lui. La minuscule scène ne semble pas très appropriée pour accueillir un groupe largement constitué et garni de deux cuivres.
Dés l’entrée la cohésion musicale est de mise même si certains jouent sur partitions. L’inspiration oscille entre une soul seventies très funky et parfois une orchestration jazzy semblant sortir d’un polar des années cinquante, tandis que l’ombre des musiciens inspirés par le Miles Davis d’Ascenseur pour l’échafaud semble planer sur le jeu de Guillaume Poncelet à la trompette. Les différents rappeurs dont Soklak, Marco Polo, Mihuma

bénéficient également de deux choristes hors pairs. Le californien Brian Lucas intervient avec brio sur Mix it up et la splendide ballade Don’t let me down alors que Karl The Voice au look improbable de jamaïcain sixties apporte la seconde voix. C’est ainsi et comme le remarque pertinemment J F Jacomino dans son commentaire que le rap soutenu par des mélodies quelque fois attachantes prend une dimension nouvelle.

Black Stamp Music est la preuve avec Gimenez E et The Freebeez que la Soul française est en pleine mutation grâce à un travail acharné dont la qualité essentielle est la recherche de la qualité.

Texte : JCM
Photos : SupaUgly pour Soul Corner

Music ‘All by Black Stamp Music

Saturday, May 16th, 2009

Lorsque le rap français soutenu par des musiciens acoustiques lorgne du côté des Roots. Busta Flex et le légendaire Sidney (h.i.p. h.o.p.) font partie de l’aventure. Le mélange est détonnant. Ils sont en concerts pour deux dates les 19 et 20 Mai à Paris au Ducs des Lombards.
Soul Corner y sera pour en rendre compte. Dans l’intervalle nous vous proposons la chronique de l’album et pour patienter le clip Yes we can.

LE CD

Que ce soit en Europe ou aux USA, le phénomène est suffisamment rare pour être signalé.
Alors que la solution en vogue fonctionne à coups de samplings, scratchings et autres sons électroniques le collectif Black Stamp Music a choisi de s’en passer. Comme annoncé en préambule le résultat ressemble dans l’esprit à l’univers des Roots. L’inspiration musicale des différents intervenants est une autre originalité car on passe allégrement de la ballade soul Don’t let me down, au reggae de Qui la sauvera en passant par l’excellent et délicat funk aérien de Freedom sans oublier un surprenant détour par le blues avec J’arrête tout. Le titre Yes we can de la vidéo est en bonus (bien) caché !

Le talent des musiciens qui sont de véritables instrumentistes, des choristes et leur implication concourent à rendre l’expérience séduisante. Leur motivation est d’ailleurs définie avec humour dans Vais-je grandir un jour.
Coté texte, on se prend à noter des formules qu’on aurait pu penser aujourd’hui désuètes comme « les gardes champêtre qui prennent leur cul pour une trompette » dans Mix it up sans pour cela oublier la triste réalité de la société actuelle. Le constat amer débouche souvent vers des solutions humanistes (Oxmo Puccino dans Quand même).
A suivre avec le compte rendu du concert
Sortie du CD le 22 Juin 2009
JCM

Soul Corner Mix

Sunday, May 10th, 2009

Un nouveau Soul Corner mix est désormais en ligne. Nous espérons que chacun y trouvera son compte. Nous présentons une petite compilation rassemblant les différents courants de la Soul. La sudiste est illustrée par le vétéran Sterling Williams dont nous avons fait le portrait récemment tandis que Memphis est représenté avec grâce et charme par Toni Green et un titre extrait de son nouvel album en gestation. Force est de reconnaitre, même si nous aimons beaucoup la dame, que la prestation est remarquable. Plus contemporain et moins traditionnel le rapper Eastwood séduit avec un flow lancinant à l’ancienne.

Ciara quand à elle s’est adjoint le soutien de Justin Timberlake (le veinard) pour un Love Sex Game (tout un programme !) d’une rare efficacité.
Bonne écoute

Chrisette Michele

Friday, May 8th, 2009

Chrisette Michele est une surprenante découverte. On pourrait croire qu’elle se situe dans le créneau occupée par l’omniprésente Beyonce. Il semble qu’il n’en soit rien car elle a une personnalité qu’elle revendique avec force. Son potentiel est d’éviter tous les pièges en cours aujourd’hui. Elle sait se concentrer sur des ballades sans prétentions (Blame it on me, All I ever think about you) qu’elle transcende grâce à une voix aérienne digne des anciennes comme Lorraine Ellison. Il y a du patos et de l’émotion dans le phrasé.
La délicatesse semble être le fil conducteur de son album puisque s’y côtoient des titres aussi évocateurs que Fragile ou encore Porcelain alors que l’ombre d’Erykah Badu semble planer sur Mr Right.
Un talent prometteur

JCM

La note de Soul Corner : 4/5

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!