Payday Loans

Archive for the ‘Soul Indies’ Category

Chroniques Albums

Sunday, March 1st, 2020

MARTHA HIGH
Nothing’s Going Wrong
Blind Faith Records

Nul n’est prophète en son pays et ce n’est pas Martha High qui démentira ce vieil adage puisqu’elle a décidé , après des années passées aux côtés de James Brown, de poser ses valises en Italie et plus précisément à Rome. Ce choix ne semble pas fortuit puisqu’il semblerait que l’Italie soit une terre d’accueil idéale pour les artistes Soul. Citons Michael Allen ex-membre du groupe Kilo qui enregistra chez Stax en 1979 ou encore la chanteuse Lisa Hunt (pour ne citer qu’eux deux)
Ils y trouvent, comme ce fut le cas pour le regretté Willie Walker avec Groove City, de solides musiciens ainsi que de redoutables sections de cuivres connaissant jusqu’au bout de leurs anches l’art du riff acéré et musclé. C’est ainsi qu’elle rencontre le producteur Luca Sapio et le groupe The Italian Royal Family et enregistre cet album, comme le précédent Singing For The Good Time , dans leur studio analogique. Cette particularité qui peut sembler incongrue en ces temps actuels confère à l’ensemble un son moelleux moins mécanique que son homologue numérique.
Luca Sapio a écrit , composé, arrangé et mixé la totalité de cet album qui ne comporte que des inédits alors que la solution de facilité aurait consisté à déverser une série de reprises browniennes.
A l’instar d”illustres prédécesseurs qui surent par le passé reprendre des codes usés comme ce fut le cas dans le cinéma avec les exemples du western ou du fantastique Sapio se les réapproprie pour en faire un style personnel. C’est ainsi que l’intro de Face The New Future ressemble à du Ennio Morricone qui aboutirait sur de la blaxploitation façon Isaac Hayes, que les arrangements de Stop Get Off My Back et de Land of Broken Promises sont furieusement seventies. Ces écrins qui ressemblent à des musiques de films sont servis par la puissante voix de Martha High qui démontre qu’a 75 ans que la vieillesse n’est pas nécessairement un naufrage. Devrait être un des albums de l’année.

FRANK BEY
All My Dues Are Paid
Nola Blue Records NB010

Il a commencé sa carrière en assurant les premières parties d’Otis Redding dont il aurait beaucoup appris sur la manière de capturer l’audience d’un public.
Il a formé un groupe Moorish Vanguard dont le contrat d’enregistrement aurait capoté,d’après ses dires de la faute de James Brown.
S’en suivit un long silence de dix sept ans (peut être dû aussi à de probables problèmes de santé rénaux) et pour enfin le voir faire un retour remarqué en 2015 sur la scène du Porretta Soul Festival en compagnie d’Anthony Paule.
Cet album, le deuxième pour le label Nola Blue, est quelque peu déconcertant au premier abord par l’éclectisme de son propos en décalage avec ce qu’il avait proposé précédemment. C’est ainsi que Idle Hands reprise du titre d’Eddie Palmieri et Harlem River Drive ouvre une session qui sera essentiellement composée de reprises dont l’une des rares exceptions sera celle de l’ autobiographique All My Dues Are Paid où il semble régler ses comptes avec certaines critiques. Les sources d’inspiration sont aussi diverses que variées puisque figurent côte à côte un classique de country music He Stopped Loving Her Today, le jazzy très années quarante I’ll Bet I’ll Never Cross Your Mind où l’on sent qu’il atteint les limites de son potentiel vocal . Un hommage particulier est rendu àPercy Mayfield avec le rock ‘n roll de Never No More qui donne l’opportunité à l’orchestre de se défouler dans une superbe partie instrumentale et Ha Ha In The Daytime écrit à l’époque où il collaborait avec Ray Charles.
Et puis, enfin pourquoi conclure avec une énième reprise d’ Imagine de John Lennon qui n’apporte pas grand chose à l’auditeur si ce n’est que de lui donner quelque chose de familier à écouter?

Jean-Claude Morlot

Pick Of The Week

Saturday, February 1st, 2020

Picks Of The Week

Monday, October 14th, 2019

Pick Of The Week

Tuesday, October 8th, 2019

La chronique est à lire dans la rubrique ci dessous

Pick of the Week

Saturday, October 6th, 2018

Groove City & Daria Biancardi : Live At Bravo Caffé

Tuesday, September 11th, 2018

GROOVE CITY & DARIA BIANCARDI
Live At Bravo Caffè
Groove City GC 003 2017

Les fidèles du Porretta Soul Festival connaissent bien Groove City, son leader Fabio Ziveri et sa chanteuse palermitaine charismatique Daria Biancardi. L’excellente idée est d’avoir enregistré un CD live au mythique Bravo Caffè de Bologne car seul ce type de production peut témoigner de la puissance vocale d’une interprète dont la prestation cette année à Porretta fut en tous points remarquable. Il est normal que son répertoire soit composé de reprises de ses aînées féminines et que tout naturellement Aretha Franklin s’y taille la part du lion avec des versions de Dr Feelgood (où elle livre l’étendue de son registre) , Think/Respect, Spirit in The Dark ainsi qu’un Rock Steady particulièrement musclé.
Le recueil ne comporte qu’une seule composition originale Your Queen à laquelle elle a contribué et semble avoir taillée sur mesure.

Jean-Claude Morlot

Pick of the Week

Thursday, June 28th, 2018

James & Black’s This Time

Friday, May 4th, 2018

James & Black
This Time
Magnet Records

Bruce James avait évoqué dans nos colonnes cet album enregistré aux studios Magnet de Bruxelles qui reprend pour beaucoup des titres interprétés lors des différentes prestations qui figurent sur le “live” chroniqué précédemment.
Il est très rare qu’un album live précède son presque équivalent studio. Cette démarche est intéressante car elle permet de se rendre compte du processus de création sur des titres rodés devant un public et d’évaluer le chemin parcouru pour atteindre une œuvre élaborée.
Un signe évident de cette élaboration est la disparitions des samples et des scratches largement utilisés précédemment au profit de musiciens et plus particulièrement du saxophoniste Jeroen Capens. C’est ainsi que Right On que j’avais qualifié de « mélodie pop sautillante sixties » prend un jour différent en devenant un titre influencé par le mouvement « Acid Jazz » à la manière des Brand New Heavies au point que le quotidien Libération l’a inclut dans sa « playlist » et qu’il ne serait pas surprenant que Radio Nova s’en empare.
This Time pourrait paraître comme un album festif dont Nothing Left To Do et NOLA seraient les locomotives, s’il n’y avaient les textes écrits par Bella Black. Sombres, pertinents, ils décrivent sa vision d’une Amérique et son lot de discriminations. C’est ainsi que Golden Boy dont le style est celui d’une bluette-agréablement soulignée par voix de baryton d’Alain Chenneviere- décrit une bavure policière commise -selon ses termes- par un « pig ». En un hommage à de nombreuses victimes innocentes Bella Black écrit dans la tradition de Billie Holiday et son célèbre Strange Fruits.

Jean-Claude Morlot

New Video by Le Velle

Thursday, January 4th, 2018

Roland Johnson & Gene Jackson

Sunday, December 17th, 2017

A l’heure des revivals survitaminés concoctés dans des studios new yorkais et des come back plus ou moins opportunistes, il est agréable de découvrir des productions authentiques aux antipodes des sonorités contemporaines et respectant les canons du genre. C’est ainsi que le label Blue Lotus nous propose ses deux dernières productions.

Il aura fallu que Roland Johnson patiente jusqu’à l’âge de 68 ans pour enregistrer son premier album. Très actif sur la scène de St Louis (Missouri) puisqu’il se produit chaque semaine au Beale (701 S. Broadway) , il doit sa chance à la rencontre des musiciens/compositeurs Paul Niehaus IV et Kevin O’Connor.

Le style se veut volontairement ancré dans la grande tradition de la Soul sudiste sans pour autant tomber dans un passéisme béat. Il n’y a pas ici de samples et le vieux Wurlitzer remplace avantageusement les synthés alors que l’ensemble paraît avoir été enregistré « live » en studio.
Des influences diverses parcourent les dix titres du présent CD. A commencer par ces deux duos avec la chanteuse Renee Smith dont Promised Land qui rappelle un peu le Soulshake de Peggy Scott & Jo Jo Benson ou encore ces uptempos Keep On Dancin’ , Yours And Mine où s’illustre un efficace quatuor vocal féminin. Difficile, aussi, de ne pas craquer sur la ballade Ain’t That Loving You dont les arrangements et l’interprétation sont dans le droit fil des aînés comme James Carr. L’éclectisme est au rendez vous puisque figure même un rock & rollisant Imagine This avec le sax hurleur de David Gomez.

Gene Jackson qui est un peu plus jeune (57 ans) semble avoir suivi le même parcours que son colistier. Le style est enlevé, la voix puissante et trouve sa pleine expression dans les ballades comme Ain’t No way, You’re Gonna Get Hurt ou 1963 qui n’est pas autobiographique mais dégage une certaine nostalgie d’une époque où Luther King et Kennedy étaient encore vivants et où l’on manifestait pour les Droits Civiques. La présence du saxophoniste Mark Huth qui s’exprime à la manière de Clarence Clemmons fait que Married At The Station ressemble à certains titres de Bruce Springsteen tandis que Rag Doll à des allures de ballade pop anglaise et que Voodoo Girl est un hommage appuyé au zydeco.

Il est à noter, sans savoir s’il s’agit d’une volonté délibérée et ce qui en fait l’intérêt , que les deux albums ne comportent aucune reprise
Enfin, Roland, Gene et Renee Smith, qui devrait bientôt enregistrer son propre album, se présentent comme étant une « Soul Revue » et regardent du côté de l’Europe. Alors…Porretta ???

Jean-Claude Morlot

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!