Payday Loans

Archive for the ‘Soul’ Category

The Lost Tapes

Thursday, September 3rd, 2020

C’était le 12 Mai 2000 dans l”émission Nulle Part Ailleurs Millie Jackson était au festival de cannes où elle faisait la promotion du film Comme Un Aimant dans lequel elle interprète trois titres. Ici Prisonner Of Love en compagnie du rapper Shrink’N (membre du groupe IAM ).

It was on May 12, 2000 Millie Jackson was the Cannes Film Festival where she was promoting the french movie The Magnet in which she sings three titles. Here she performs Prisonner Of Love with the rapper Shrink’N from the french rap groupe IAM

Jean-Claude Morlot

Pick Of The Week

Tuesday, August 4th, 2020

Willie Clayton Legends from JBoogie365 on Vimeo.

Bobby Jonz (01/02/36 , 07/21/20) RIP

Wednesday, July 22nd, 2020

Bobby Jonz at City Lights, Las Vegas 18 April 2016

Bobby Jonz at City Lights, Las Vegas 18 April 2016

I was sad to hear of the death of Bobby Jonz aka Bobby Jones, who died of Covid 19 on Monday 21 July 2020 aged 86. I first saw Bobby in Lee’s Unleaded, Chicago on 21 June 2005. I arranged to interview him for “In The Basement” a couple of days later, but unfortunately he had to leave the city due to a Family Bereavement, so the interview was cancelled. The next time I saw Bobby performing was at City Lights in Las Vegas on his Blues Jam Night 18 April 2016, which I attended with friends Nick Cobban, John Howard & Alan Lloyd.

Bobby was really known as an interpreter of other people’s songs but whilst that maybe true, I feel that Bobby was a real journey man with a soulful voice, very much underrated, who managed to suprise everybody with his honest performances. Born in Farmerville, Louisiana a small town 24 miles northwest of Monroe in 1936. Bobby’s journey started with the Blues in 1959 when he moved to Chicago under his real name of Bobby Jones. Bobby got his first break working at Peppers Lounge, he replaced Junior Wells in The Four Aces band with Dave & Louis Myers. Bobby’s next band was with Barry Goldberg, Harvey Mandel, Mike Bloomfield, Charlie
Musselwhite, The album “Chicago Blues Union” collects recordings from
1964/65 he recorded with them. He is also featured on “Chicago Anthology
- Recorded Live At Big John’s, Chicago
“. Bobby recorded a 45 for Veejay
around this time, 1965, “A Certain Feeling” written by Barry Goldberg
and “Sugar Baby” written by Andre Williams & Barry Goldberg. Morey
Alexander who was his mentor at the time produced the single.
Heikki Suosalo mentions in his excellent overview of Bobby Jones’ career in Soul Express, that “Sugar Baby”/ “In My Lonely Bedroom” was his first single on an obscure record label owned by Morey Alexander. Bobby left Barry Goldberg in 1966 and next appeared on USA records with Bill Lasley Producing “Check Me Out”/”Beware Stranger” with The Para-monts Girls who were three sisters. “Beware Stranger” being the better side, both tracks
can be found on “USA Records Soul Story” on FUEL cd 302 061 952.

Various other 45’s followed but it was 1972 when his first album appeared “Talkin’ ‘Bout Jones” on the Toya label. Syl Johnson and Mighty Joe Young played on this album. A couple of singles from this album did well in Florida, Bobby was to move to Florida for a time, working all over the State. Bobby changed his name in 1982 to Bobby Jonz to avoid confusion over the Gospel singer Bobby Jones. Bobby was to become part of the Chittlin’ Circuit, a Southern Soul singer and got underway with an album, Bobby Jonz “Thought You Were Loving Me” on Expansion in 1982.
More singles followed through the 80s and Bobby moved to California in 1986. Johnny Vincent enters the story in 1995, releasing my favourite album of Bobby’s, on Johnny’s Ace Label of Mississippi. Recorded in Jackson MS, “I’m In The Mood For Love” which featured the superb “Innocent Til Proven Guilty”, the self written “In The Mood For Love” a big hit on the Beach Music Scene is another goodie. There is real quality on this album, Harrison Galloway & Norman Williams did the arrangements with Harrison arranging the Horns. Jewel Bass is on background vocals.

Harrison Callaway & Dave Thomas April 1994

Harrison Callaway & Dave Thomas April 1994

Another great album followed, “This Is Bobby Jonz Country” followed in 1998 on Johnny Vincent’s other label Avanti, this album, which shows Bobby’s love of Country music, which started when he was growing up. I love the opening song “Snap Your Fingers” and “Tips of My Fingers”. The album was arranged by Harrison Galloway who also played keyboards, Jewel Bass on backing vocals again.

“Your Freak Is Here” came next in 1999, on Big Bidness a subsidiary of Mardi Gras Records of New Orleans after Bobby had hooked
up with Senator Jones. Harrison Galloway again arranged the album with a contribution from Willie Clayton on “Too Pooped To Pop”. Jewel Bass was the backing singer again on this album.

Bobby Jones at Lees Unleaded 21 June 2005

Bobby Jones at Lees Unleaded 21 June 2005

“Lee Shot Stole My Freak” followed in 2002, a low budget album on his own Red Dot label. Bobby reverted to using Jones on his 2008 release, Bobby Jones “Super Soul Club Hits”.

Bobby Jones & The Mannish Blues Band “Comin’ Back Hard” followed in 2009 on Delta Groove Music which is a very good blues album with a great line-up of talent, Kirk Fletcher, Kid Ramos, Junior Watson, Lynwood Slim & Fred Kaplan.

Bobby’s involvement with the Mannish Blues Band started on their 2007 “Big Plans” album where he sang 2 songs “Mary Jane” / “California Blues”. On the 2008 Mannish Boys album “Lowdown Feelin’” he sang on 7 of the 17 songs on the album. On the 2010 Mannish Boys “Shake For Me”, Bobby sang vocals on 7 of the 15 songs.

Bobby Jonz & Band at City Lights, Las Vegas

Bobby Jonz & Band at City Lights, Las Vegas

Bobby next album in 2011 “You Ain’t Got No Proof” saw Bobby return to Southern Soul after his Blues jaunts with the Mannish Boys, Bobby with writers/producers Pete Peterson, Eric Smith and Mist Lundy coming up with an ok album.

Bobby’s last album in 2014 “Sings To Las Vegas” on Macrolbmusic, is a 8 track album of standards and without doubt not Southern Soul.

Bobby Jones at Lees Unleaded Chicago, 21 June 2005

Bobby Jones at Lees Unleaded Chicago, 21 June 2005

Sadly I never got to interview him, but we did talk for about 20 minutes in las Vegas. R.I.P. Bobby.

Bobby Jonz & Dave Thomas

Bobby Jonz & Dave Thomas

Text & all Pictures Dave Thomas

Acknowledgments & Thanks to Heikki Suosalo: Presenting Bobby Jonz :
Soul Express 2/2004

James & Black’s New EP

Tuesday, July 21st, 2020

Alors qu’il avait l’habitude de parcourir l’Europe pour s’y produire le couple James & Black vit désormais, virus oblige, dans sa ville natale d’Austin (Texas), Cet immobilisme forcé ne l’a pas contraint à l’oisiveté, bien au contraire puisqu’il lui donné l’occasion de finaliser un EP de quatre titres enregistré au printemps à Anvers (Belgique) avec les collaborateurs habituels Jordi Geuens (drums), Erik Rademakers (bass) and Jeroen Capens (saxophone) épaulés par Fumihito Sugawara and Max Benassi qui par leur habileté habituelle et leurs guitares ont contribué à l’aboutissement de ce projet multinational,
Le résultat des quatre titres originaux qui ne figurent pas sur leurs deux Cds précédent (chroniqués sur ce site) est pour le moins surprenant, Good Thang voit Bella Black faire ses débuts de rappeuse soutenue par un excellent solo du saxophoniste Jeroen Capens tandis que Bruce James laisse éclater sa voix proche de celle de Dr John dans The Bite un titre dansant à la forte influence « britpop » à la manière de Brand New Heavies et qui raconte, peut être d’une manière autobiographique, l’errance d’un étranger dans une ville inconnue, en l’occurrence : Amsterdam, Le couple est en duo sur la ballade Water Love où Bella récidive dans ses incursions rap ,

War Came Around est un vibrant plaidoyer sur les événements qui secouent les USA (la vidéo est sous-titrée en anglais),
Without justice there will be no peace.


Jean-Claude Morlot

Sortie le 20 Juillet 2020 disponible sur le site www.jamesandblack.org

Pick of the week

Wednesday, June 3rd, 2020

Ce titre fut tellement populaire qu’il en existe une version reggae
This song was so popular that it has been covered in Jamaica

Blackpool International Soul Festival

Thursday, April 9th, 2020

Il fallait s’en douter le festival prévu en Juin est annulé.

Mais il est, d’ores et déjà, annoncé la programmation de 2021 qui s’annonce exceptionnelle avec l’ajout de trois artistes dont Betty Harris.

A Soul Journey

Thursday, March 26th, 2020

La triste période que nous traversons est quelques fois traversée de moments de satisfaction comme celui d’apprendre que le documentaire a Soul Journey consacré au festival Soul de Porretta (Italie) à reçu au London Independent Film Festival le prix du meilleur documentaire.

SOUL JOURNEY TRAILER from Free U snc on Vimeo.

Chroniques Albums

Sunday, March 1st, 2020

MARTHA HIGH
Nothing’s Going Wrong
Blind Faith Records

Nul n’est prophète en son pays et ce n’est pas Martha High qui démentira ce vieil adage puisqu’elle a décidé , après des années passées aux côtés de James Brown, de poser ses valises en Italie et plus précisément à Rome. Ce choix ne semble pas fortuit puisqu’il semblerait que l’Italie soit une terre d’accueil idéale pour les artistes Soul. Citons Michael Allen ex-membre du groupe Kilo qui enregistra chez Stax en 1979 ou encore la chanteuse Lisa Hunt (pour ne citer qu’eux deux)
Ils y trouvent, comme ce fut le cas pour le regretté Willie Walker avec Groove City, de solides musiciens ainsi que de redoutables sections de cuivres connaissant jusqu’au bout de leurs anches l’art du riff acéré et musclé. C’est ainsi qu’elle rencontre le producteur Luca Sapio et le groupe The Italian Royal Family et enregistre cet album, comme le précédent Singing For The Good Time , dans leur studio analogique. Cette particularité qui peut sembler incongrue en ces temps actuels confère à l’ensemble un son moelleux moins mécanique que son homologue numérique.
Luca Sapio a écrit , composé, arrangé et mixé la totalité de cet album qui ne comporte que des inédits alors que la solution de facilité aurait consisté à déverser une série de reprises browniennes.
A l’instar d”illustres prédécesseurs qui surent par le passé reprendre des codes usés comme ce fut le cas dans le cinéma avec les exemples du western ou du fantastique Sapio se les réapproprie pour en faire un style personnel. C’est ainsi que l’intro de Face The New Future ressemble à du Ennio Morricone qui aboutirait sur de la blaxploitation façon Isaac Hayes, que les arrangements de Stop Get Off My Back et de Land of Broken Promises sont furieusement seventies. Ces écrins qui ressemblent à des musiques de films sont servis par la puissante voix de Martha High qui démontre qu’a 75 ans que la vieillesse n’est pas nécessairement un naufrage. Devrait être un des albums de l’année.

FRANK BEY
All My Dues Are Paid
Nola Blue Records NB010

Il a commencé sa carrière en assurant les premières parties d’Otis Redding dont il aurait beaucoup appris sur la manière de capturer l’audience d’un public.
Il a formé un groupe Moorish Vanguard dont le contrat d’enregistrement aurait capoté,d’après ses dires de la faute de James Brown.
S’en suivit un long silence de dix sept ans (peut être dû aussi à de probables problèmes de santé rénaux) et pour enfin le voir faire un retour remarqué en 2015 sur la scène du Porretta Soul Festival en compagnie d’Anthony Paule.
Cet album, le deuxième pour le label Nola Blue, est quelque peu déconcertant au premier abord par l’éclectisme de son propos en décalage avec ce qu’il avait proposé précédemment. C’est ainsi que Idle Hands reprise du titre d’Eddie Palmieri et Harlem River Drive ouvre une session qui sera essentiellement composée de reprises dont l’une des rares exceptions sera celle de l’ autobiographique All My Dues Are Paid où il semble régler ses comptes avec certaines critiques. Les sources d’inspiration sont aussi diverses que variées puisque figurent côte à côte un classique de country music He Stopped Loving Her Today, le jazzy très années quarante I’ll Bet I’ll Never Cross Your Mind où l’on sent qu’il atteint les limites de son potentiel vocal . Un hommage particulier est rendu àPercy Mayfield avec le rock ‘n roll de Never No More qui donne l’opportunité à l’orchestre de se défouler dans une superbe partie instrumentale et Ha Ha In The Daytime écrit à l’époque où il collaborait avec Ray Charles.
Et puis, enfin pourquoi conclure avec une énième reprise d’ Imagine de John Lennon qui n’apporte pas grand chose à l’auditeur si ce n’est que de lui donner quelque chose de familier à écouter?

Jean-Claude Morlot

Pick Of The Week

Saturday, February 1st, 2020

Dave Godin’s Deep Soul Treasures

Thursday, December 5th, 2019

Dave Godin’s Deep Soul Treasures
Vol 5
Kent 485

Les amateurs anglais de Soul music sont réputés pour être les plus exigeants, connaisseurs et rigoureux du genre au monde où ils n’ont aucun équivalent. Et ce n’est pas l’hexagone qui peut entrer en compétition puisqu’à l’exception de Gilles Petard personne ne peut rivaliser avec eux. Dave Godin, à l’inverse des amateurs de “Northern Soul” qui privilégient les rythmes sautillants de Motown et de ses satellites est attiré par la “Deep Soul” aux voix recherchées, au mélodies suaves et puissantes et où l’émotion est à fleur de peau. Le présent volume est le cinquième d’une série de compilations qui regroupent son Olympe du genre. Vingt cinq titres d’une sélection rigoureuse et érudite d’où il est difficile de faire un choix tant la qualité est au plus haut niveau et qu’il faudrait tous citer pour rendre compte de l’érudition et de la passion de son auteur.
Chaque titre est abondamment documenté dans lr livret par la plupart des spécialistes anglais comme Tony Rounce, John Marriot ou encore Stuart Cosgrove pour n’en citer que quelques uns. c’est ainsi que l’on prrend plaisir à (re)découvrir des perles rarissimes comme I Ain’t Got Love Nobody Else des Masqueraders (Until Them) I Suffer de Barbara Lynn extrait de son album Atlantic, These Ain’t Teardrops (James Carr) ou encore deux pépites produites par Allen Toussaint (Can’t Last Much Longer/ Betty Harris) et All I Want Is You/Zilla Mayes). Une préférence ira toutefois à Jerry Washington et Right Here Where You Belong extrait de son unique album éponyme Excello…excellent de bout en bout et considéré par Sean Hampsey comme l’un des meilleurs LP Soul jamais entendu.
C’est aussi l’occasion d’apprendre certains détails comme celui raconté par John P. Dixon d’une rencontre avec Ernie Johnson (dont figure Standing At The Crossroads en duo avec Eddie Campbell) et qui révèle l’avoir rencontré dans les rues de Phoenix en 2002 poussant un chariot de supermarché qui contenait tout ce qu’il possédait. Ou encore dé découvrir Judy White (Satisfaction Guaranteed) est la fille du bluesman folk Josh White.

Indispensable.


Jean-Claude Morlot

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!