Payday Loans

Archive for the ‘Festivals’ Category

Porretta 2019 Beale Street Party & Day 1

Sunday, July 28th, 2019

Mercredi 17 Juillet

Le festival n’est pas encore officiellement commencé que se déroule le Mercredi sur la terrasse de l’hôtel Helvetia un diner de gala auquel participent certains artistes.
Chilly Bill Rankin était déjà venu en 2014 pour une petite participation plus sympathique que convaincante.

Chilly Bill Rankin

Chilly Bill Rankin

Et c’est ce fut une surprise de constater que sa voix avait prit de l’ampleur et de la puissance lorsqu’il interpréta le classique de Johnnie Taylor Last Two Dollars.
Tony Wilson

Tony Wilson


Tony Wilson est présenté comme le nouveau James Brown (comme s’il pouvait en exister un second). Il virevolte d’entrée, saut périlleux arrière, pas de danses identiques. Le procédé peut faire illusion. Il est convaincant vocalement dans ses reprises de Cold Sweat et de Sex Machine [/caption]et le sera moins lorsqu’il passe à Michael Jackson et Billie Jean avec un “moonwalk” mollasson. Puis ce fut au tour de Stevie Wonder de passer à la moulinette avec un Signed, Sealed, Delivered I’m Yours interminable de presque 30 minutes!

Jeudi 18 Juillet

Cela doit faire au moins quatre fois que le groupe universitaire australien The Sweethearts se produit à Porretta. Le line up est différent chaque année mais la constante reste la même lorsqu’il s’agit d’édulcorer les classiques de la Soul. C’est frais, gentil mais reste au niveau d’un bal de sous préfecture. Le seul moment digne d’intérêt fut lorsque Pee Wee Ellis se joignit à elles sur Cold Sweat. Et puis, ce n’est pas la peine d’être 28 sur scène pour faire aussi peu de bruit.
A l’inverse, le groupe italo/suisse Re: Funk ne comporte que neuf membres et leurs qualités instrumentales ne sont pas négligeables alors que la chanteuse Rayssa Lissandrello se situe dans des limites acceptables. Ils seront également rejoints par Pee Wee Ellis qui interpréta Chicken qu’il avait écrit pour Jaco Pastorius.
Et il fallu attendre trois heures avant que les choses sérieuses ne commencent. Le chanteur/guitariste Scott Sharrard ( déjà présent en 2017) venait accompagné des Bo-Keys présenter son nouvel album Saving Grace (Chronique à venir ultérieurement dans ces colonnes) dont Everything A Good Man Needs qui enregistra avec Taj Mahal. Son court set fut pour lui l’occasion de rendre hommage à Memphis qu’il qualifie de ” paradis sur terre” et au son du légendaire label “Hi”. Et c’est en citant Otis Clay et O.V. Wright qu’il conclura sa courte prestation avec une relecture particulièrement efficace du classique Precious, Precious.
Il était déjà plus de minuit lorsqu’ arriva celui que tout le monde attendait. Don Bryant était déjà venu l’an passé mais c’est un plaisir sans cesse renouvelé que de l’écouter. Quintessence de la Soul, il est agréablement soutenu par ses fidèles Bo-Keys qui se sont adjoint un nouveau batteur Clifford “Pee Wee” Jackson véritable métronome tueur qui n’a nul besoin de sauter par dessus son instrument pour attirer l’attention du public! Et aussi sans oublier la présence aussi discrète que fantasque de Archie”Hubbie” Turner aux claviers. En une heure Don déroule avec les tubes A Nickel And A Dime, 99 Pounds, What Kind Of Love, Driving Beat.. l’histoire du son de Memphis auquel il a largement contribué. L’homme est aussi simple sur scène que dans le privé et manifeste une satisfaction sans fards d’être devant le public. Et c’est tout naturellement qu’il conclura avec I Can’t Stand The Rain qu’il écrivit pour sa femme Ann Peebles.
On ne peut que regretter l’heure tardive de la programmation qui empêcha un nombre conséquent de spectateurs de profiter jusqu’à la fin du concert.

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

The 4th International Soul Festival 2019

Tuesday, July 2nd, 2019

We at Soul Corner have the pleasure to welcome a new columnist Dave Thomas from the highly specialized british magazine In the Basement. His expertise and knowledge about Soul Music are very welcome

The 4th International Soul Festival.
At The Winter Gardens Blackpool UK.
Friday 14 June - Sunday 16 June 2019.
Report by Dave Thomas who was with Jean-Claude Morlot.

This years festival held at The Winter Gardens Blackpool clicked into action with 6 rooms of various versions of Soul Music, ranging from Connoisseurs 60’s & 70’s Heaven, Soulful Dance & Modern Soul, through to the biggest Northern & Motown Memories in the Empress Ballroom. The main reason for myself and Jean-Claude’s attendance was to see the live music which was presented in the Empress Ballroom, which is a Grade II listed building, built in 1896, with a capacity to hold a 3,000 audience.

I must say it seemed like there was 3,000 people in the venue to watch the opening act from Memphis, Randy Brown who started his career as lead singer for Stax recording artists The Newcomers along with his brother Bertram, who travelled to Blackpool with his brother to sing backing vocals. Their other brother was William Brown III of the Mad Lads. I was eagerly waiting to see Randy, as I had never seen him before, so it was delight when Randy stepped on stage looking elegant in a mauve coloured suit. Randy only got to do three songs “I Was Blessed (The Day I Found You)”, “I’d Rather Hurt Myself” and “I’m Always In The Mood”. Randy who to me has always been underrated has a great voice and he certainly proved it with his sublime delivery. The Snake Davis Band & The Suspicions & Bertram Brown did a great job behind Randy as he showed the Soul world what a great performer he is, with this great short set. My only complaint is the set should have been longer. Randy is the finest Memphis singer who has never sung at the Porretta Soul Festival in Italy.

Motown Recording artist Brenda Holloway was the next artist and thankfully Brenda did a much longer set. Brenda wearing a reddish dress & gown got her performance under way with “I’ll Be Available”, “When I’m Gone” a personal favourite of mine from Brenda’s catalogue. Brenda who I have seen three times previously was in great voice as she carried on with “He’s My Kind of Fella”, “Every Little Bit Hurts” and “You Kept On Hurting Me”. Brenda seemed to be enjoying herself on stage and with her best Dusty Springfield hairdo, she carried on with “How Many Times Did You Mean It“. The audience were certainly enjoying the show as Brenda launched into “Reconsider” and ending her very good set with “You Made Me So Very Happy“, the record she wrote and which went on to be a massive worldwide hit for Blood Sweat & Tears. Sadly that brought the live music to a close, but it was not the end as the music for dancers in some of the different rooms did not finish until 4.00 am.

Saturday began with the showing of a film in the Opera House , Bang! The Bert Berns Story. I must say it is a very good film with lots of Soul artists appearing in it.

H.B.Barnum

H.B.Barnum

After a half hour break there was an audience with H.B. Barnum, and it was a fascinating incite to his involvement with Aretha Franklin and Capitol Records. H.B. Barnum has worked with Frank Sinatra, Lou Rawls, Etta James, Little Richard, Gladys Knight, Count Basie. He spent 25 years as Aretha Franklin’s music director along with the many artists he has worked with for over 50 years.

Saturday evening seemed like there was even more people in the Empress Ballroom to see the opening act, who is currently a member of The Four Tops, who replaced Levi Stubbs in the Four Tops in 1999, 20 years ago, Ronnie McNeir. “Isn’t She A Pretty Girl” got the show underway, followed by “Hold On To The Dream”. Ronnie wearing a white silky jacket looked good and his melodic honey toned tenor voice was superb on “Just Ask The Lonely” indulging us to something from his Four Tops career. Ronnie had the audience fully with him on his Northern hit song “Sitting In My Class“. At the end of his set Richard Searling came on to admit he forgot to get Ronnie & The band to perform “Wendy Is Gone”, but Ronnie always inventive came back on jump on the keyboards and did an improvised version of “Wendy Is Gone” to great applause from the crowd.

The next artist should have been Prince Phillip Mitchell, but sadly he was unwell a week before the show and was under Doctor’s orders not to travel. Snake Davis did a couple instrumentals of Phillip’s songs “Home Is Where The Heart Is” a song Phillip wrote for Bobby Womack. Snake also did “I’m So Happy” and the words where displayed on screens so everybody could sing along to, I am so glad to report everybody did join in.

Next we got a reprise of the night before with Randy Brown & his brother Bertram on stage to give another performance of his excellent “I’m Always In The Mood”, what can I say it was magical, Randy’s wonderful soulful vocals were great on this Homer Banks/Carl Hampton song. Well done Richard Searling for bringing him back for this wonderful song to be heard again.

Brenda Holloway also came back to perform my favourite of her’s “When I’m Gone” and also her “You Made Me So Very Happy“. Brenda dressed in an all white one piece trouser onesies with big petal like piece on her arms and a curly hair style looked stunning and sounded very good as well.

The final act of the day was Eddie Holman who did a terrific set, Eddie was full of bravado as he stepped on stage in a red shiny suit topped off with a white hat. We had the Northern Soul classic “I Surrender” and “She’s Wanted (In 3 States)” in Eddie’s 40 minute set. Eddie kept telling us how good he was and how he had the best falsetto voice in the world and who am I to argue with Eddie. Eddie who is an ordained Baptist minister and at 73 looks younger, also did “Where I’m Not Wanted” & “This Will Be A Night To Remember”. But I suppose the highlight of the set was “Hey There Lonely Girl”. I have to say it is amazing how he gets that falsetto voice around “I Surrender” & “Hey There Lonely Girl” A terrific set to end the night.

All in all I must thank everybody involved with this years show, as it was a great success, just the one complaint please please give a bit more time to some of the acts, although to be fair it was only Randy Brown’s set that was way to short.

I get in on the act with the stars.

Text and Photos by Dave Thomas

The Blackpool International Soul Festival 4 th Edition

Sunday, June 30th, 2019


Blackpool est une station balnéaire du Nord de l’Angleterre qui eut son heure de gloire au début du siècle dernier et qui fut dans les années 50/60 un haut lieu du tourisme populaire. Aujourd’hui, la ville possède le charme désuet d’une cité décidée à ne pas mourir alors que son bord de mer ressemble à une fête foraine permanente. C’est au Winter Gardens joyau de l’ère victorienne (construit en 1878, ici en photo) que déroule l’International Soul Festival plus spécialement dédié à la Northern Soul dont il convient, en préambule, de définir le phénomène quasi unique au Monde.

La Soul Music envahit l’Angleterre au milieu des années 60 et se propage dans toutes les classes sociales. C’est dans le Nord, à Manchester et dans ses environs que de jeunes travailleurs issus de la classe populaire se réunissent dans des clubs devenus légendaires comme The Wigan ou The Torch pour danser sur les sons de Motown et de Stax, pour ne citer qu’eux, le Samedi soir jusqy’à l’épuisement. La recherche de disques rares ou obscurs deviendra une compétition et une émulation entre amateurs qui tournera à l’obsession jusqu’à les transformer en plus grands spécialistes mondiaux du genre. Ce phénomène qui perdure encore est abondamment décrit et documenté dans le livre Too Darn Soulful, The Story Of Northern Soul (David Nowell, Robson Books, 1999)

Entrer dans The Winter Gardens est faire un plongeon dans le passé tant au niveau architectural du lieu au style rococo surchargé que par les amateurs venus des quatre coins du Royaume. La moyenne d’âge est élevée et il devient évident que nous sommes en présence de passionnés de la première heure car nous allons vivre “soul” pendant trois jours. De nombreux stands proposent des vinyles rares à des prix prohibitifs (il n’y a pas de singles à moins de 6 euros) ainsi que que nombreux objets “memorabilia”et flyers. Six pistes de danse animées par de célèbres DJs et classées par thèmes (Northern Soul, Soulful Dance, Luxury Modern Soul etc..) sont actives dès tôt dans la journée alors que la nuit venue la salle de concert devient un gigantesque “ballroom” Les DJs sont sur scène et une caméra projette sur un écran les 45 tours tournant sur les platines!

Autre fait marquant, est l’incroyable disponibilité des artistes qui se prêtent sans rechigner aux séances de dédicaces et de photos alors qu’il faut parfois plus d’une heure pour passer à son tour.

Ronnie Mc Neir

En compagnie de Brenda Holloway et de Eddie Holman


Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : 1/2/4/5 Jean-Claude Morlot
3/6/7 Courtesy of Dave Thomas

Blackpool Soul Weekender

Saturday, March 16th, 2019

Porretta Soul Festival 2019

Monday, February 11th, 2019

Thursday 18 July
20.00 h

Sweethearts of Australia

Re:Funk feat. Pee Wee Ellis

Scott Sharrard & The Bo-Keys

Don Bryant feat. The Bo-Keys

Friday July 19
20.00

J.P. Bimeni & The Black Belts

Leon Beal with Sax Gordon and the Luca Giordano Band with Curtis Salgado

Anthony Paule Soul Orchestra

Khylah B.

Willie West

Annika Chambers

Chilly Bill Rankin & Jerry Jones

Saturday July 20
20.00h

Curtis Salgado Band

Anthony Paule Soul Orchestra

Georgia Van Etten

LaRhonda Steele

Wee Willie Walker

Wendy Moten

Tony Wilson – The Young James Brown special guest Judy Lei

Sunday July 21
20.00

The Sweethearts

Anthony Paule Soul Orchestra

Khylah B.

Willie West

Georgia Van Etten

LaRhonda Steele

Curtis Salgado

Wee Willie Walker

Chilly Bill Rankin & Jerry Jones

Wendy Moten

Tony Wilson

Porretta 2018 : Day 1

Monday, July 16th, 2018


Daria Bianca et Groove City eurent le redoutable honneur d’ouvrir ce 31 iéme festival. Je n’avais vu Daria sur scène et je dois avouer que j’ai été extrêmement surpris par la qualité de sa performance. Admirablement soutenue par le groupe et son leader Fabio Ziveri elle est aussi à l’aise dans les titres lents comme Damn Your Eyes ou rapides comme Spirit In The Dark. Doué d’un registre vocal très étendu, elle donne l’impression d’en tirer le maximum de manière qui semble illimitée. Rick Hutton la rejoignit ensuite pour un duo assez truculent (You Can Leave Your Hat On).

Changement de ton avec le pianiste Mitch Wood. Il se réclame de Professor Longhair, de Fats Domino ou encore de James Booker et interprétera tout normalement certains de leurs classiques au long de ses différentes prestations. C’est agréable, sympa et dansant mais resterait dans les limites du piano bar s’il n’ avait bénéficié du soutien efficace de Groove City.

La soirée était très éclectique avec le groupe italien The JBees et son spectacle « We’re Dancing Tonight ». Il s’agit d’un long medley de presque deux heures qui aligne tous les tubes disco les pires comme les meilleurs. La machine bien huilée tourne bien. Mais tout cela manque, hélas, d’originalité. C’est sous titré « Tribute To Soul Train » , ce serait plutôt « Tribute To Eurodisco ».

Texte et Photos “Soul Corner” : Jean-Claude Morlot

Porretta 2018 : Day 2

Monday, July 16th, 2018

La soirée de Vendredi commença avec le guitariste californien Chris Cain. Son jeu est subtil et volubile et c’est tout naturellement qu’il livra un set au style blues bien marqué. C’est ainsi que Going Back To Memphis fut suivi de classiques tels que Sweet Sixteen ou Let’s Have A Ball qui n’aurait pas déplu à Albert King. La seule ombre à cette démonstration est que certains aficionados italiens se sont plaints qu’ils ne venaient pas à Porretta pour écouter du blues. Je laisse à chacun la responsabilité des propos tenus.
Sax Gordon rejoint ensuite, après un long intermède, l’orchestre d’Anthony Paule pour l’instrumental Soul Fingers et chanter Somebody in This World For You. L’un des choristes Larry Batiste enchaîna avec Don’t Knock My Love et Let’s Stay Together.

Booker Brown venait pour la première fois en Europe et ce fut une agréable surprise que de découvrir ce chanteur dans la tradition de ses aînés O.V. Wright et Bobby Bland auquel il rendit hommage avec une poignante version de I’ll Take Care Of You. On ne peut que regretter que le set très intense qui se termina avec Stir It Up n’ait été aussi court.

C’est avec Ace Of Spades que la jeune new yorkaise Missy Andersen prit possession de la scène . S’ensuivit Stand By Me pour terminer par un torride Higher & Higher.
Willie Walker est un habitué des lieux puisque compagnon de route du Anthony Paule Band. Ce vétéran originaire de Memphis commença par quelques classiques
I Won’t Cheat You No More, Second Chance qu’il enregistra pour le label Goldwax ainsi que de son nouveau CD (Hate Take A Holiday) pour terminer avec Your Good Thing Is About To End.
Terri Odabi qui n’est pas non plus une inconnue en ces lieux commença avec une version jazzy de Wade In The Water et après un hommage à Denise LaSalle continua avec Gentrefication Blues pour terminer avec Stand By Me.John Ellison est mondialement connu pour avoir écrit alors qu’il était avec le groupe Soul Brother Six le titre ayant fait l’objet du plus grand nombre de reprises Some Kind Of Wonderful. Et c’est tout naturellement avec qu’il fit son entrée et enchaîna avec Thank You Baby For Loving Me pour continuer avec I’ll Be loving You qui est la face B du single original où figure Some Kind.. ! I démontra ensuite sa puissance vocale avec What Can You Do (When You Ain’t Got Nobody) alors que l’uptempo Get On Love Life . lui donna l’occasion de faire participer le public.

Texte et Photos Soul Corner : Jean-Claude Morlot

Porretta 2018 : Day 3

Monday, July 16th, 2018

la prestation de Don Briant et des Bo-Keys en ce Samedi soir était certainement le moment le plus attendu du week-end. Dans une forme exceptionnelle, il débuta par A Nickel And A Nail suivi de Everything Gonna Be Allright, de They Don’t Know, I Die A Little Each Day ainsi que le funky The Driving Beat, hommage à Willie Mitchell, pour terminer en apothéose avec I Can’t Stand The Rain co-écrit avec sa femme Ann Peebles.

Quintessence de la Soul, voix puissante et inspirée, orchestre impeccable, la magie était dans l’air ce soir là et nous n’aurions pas été frustrés si le festival s’était arrêté après cette impressionnante démonstration non passéiste, ni nostalgique car il faut du temps pour se remettre d’une telle gifle.

Après une interruption pour changement d’orchestre et ineffable Mitch Wood que l’on croirait sorti d’un épisode des Sopranos et Sax Gordon arriva le bluesman Alvon Johnson (vu il y a quelques années au Quai du Blues) ajouté au dernier moment et qui n’interpréta qu’un seul titre Let’s Straighten It Out dans une version proche d’un tempérant où il ne put s’empêcher de jouer au « guitar hero » (la chronique de son album The Blues Chose Me est à lire sur ce site). Suivi la choriste Sandy Griffith dans d’ agréables versions de Proud Mary et de Neither The One Of Us.
Retour à ce qui fait le charme de Porretta avec un hommage au label Goldwax et à ceux qui en furent les chevilles ouvrières. C’est au tour de Percy Wiggins d’ouvrir le bal avec une suite de chansons parmi lesquelles Bring It On Home To Me et I Ain’t Never Loved A Woman/Groovin’ ainsi que Love And Happiness. Il sera ensuite rejoint par son frère Spencer Et Willie Walker qui furent ses compagnons sur Goldwax.pour interpréter ensemble I Need A Lot Of Loving. Au regard des années passées Spencer semble diminué physiquement mais démontrera en débutant avec le classique Lonely man et le non moins classique et toujours aussi efficace tube Uptight Good Woman qu’il reste encore en possession de ses moyens.
On ne présente plus l’iconoclaste et inclassable Swamp Dogg dont la carrière à elle seule pourrait être une histoire de la Soul (mon interview est à lire sur le magazine en ligne ABS http://www.absmag.fr/swamp-dogg/ ). Total Destruction Of Your Mind, extrait de son premier fut précédé du rare Lover Man, de Synthetic World alors que le set se termina avec Gotta Get A Message To You.

Il fut suivi par la chanteuse de Memphis Lacee dont le répertoire consista essentiellement de reprises telles que Dr Feelgood ou encore Try A little Tenderness à l’exception d’un titre original I Miss The Good Old Days.

L’heure était bien avancée lorsque ce fut au vétéran Ernie Johnson de conclure la soirée avec certains de ses classiques comme I’m In The Mood For Love, Move Along et le bluesy You’re Gonna Miss Me.
Ce chanteur au vocal puissant fut longtemps comparé à Otis Redding et c’est tout naturellement qu’il conclura par un long et émouvant I’ve Got Dreams To Remember.

Texte et Photos Soul Corner : Jean-Claude Morlot
Autres/Other Photos : Courtesy and © of Dave Thomas

Porretta 2018 : Day 4

Monday, July 16th, 2018

La formule du Dimanche soir est désormais consacrée, on prend les mêmes et on leur demande de venir chanter deux ou trois titres chacun. Mitch Wood fait son entrée après quelques instrumentaux de l”orchestre d’Anthony Paule pour quelques boogies qui permettrons a quelques danseurs locaux de s’éclater puis suiv par le chanteur japonais Haruhiro Aoyama, leader du groupe the Fave Raves dans une version de Take Me To The River ne manquant pas de charme. Puis ce fut au tour de Sax Gordon (Somebody In This World For You), des choristes  Larry Batiste (Don’t Knock My Love) et Sandy Griffight (Neither One Of Us) . Retour à l’hommage au label Goldwax avec Percy Wiggins et It Didn’t Take Much (For Me To Fall In Love) et I Ain’t Never Found A Girl. J’ai du mal à voir Spencer Wiggins aussi diminué alors que je l’avais rencontré il y a plusieurs années et longuement parlé avec lui. Double Lovin’ lui donna l’occasion de prouver que la voix semble avoir été peu altérée par son état de santé. Les deux frères furent ensuite rejoints par Willie Walker pour une version endiablée du classique I Need A Lot Of Loving et un grand moment de Soul « oldies ». Willie restas seul ensuite (Romance In The dark, After A While) avant d’être rejoint par Terri Odabi et interpréter le célèbre duo de Lovey Dovey magnifié par Otis Redding et Carla Thomas.
Willie quitta la scéne pour que Terri puisse s’exprimer seule pour une poignée de chanson dont Funkier Than A Mosquito’s Tweeter que n’aurait pas renié sa créatrice Tina Turner.
Alvon Johnson
continua en réitérant Let’s Straighten It Out.

Il semble que, contrairement à l’année passée où la soirée avait duré plus de cinq heures, le turbo soit mis et que les participations s’enchaînent à un rythme effréné. Et c’est ainsi que John Ellison n’eut droit qu’à deux titres : le Funky survitaminé Give Me The Lovelight et le reggae If Had Just One Wish, il a 77 ans et le temps ne semble pas l’avoir marqué outre mesure. Ce qui est loin d’être de Swamp Dogg qui ne se fatigua pas en interprétant Synthetic World et Total Destruction Of Your Mind. En comparaison, âgé de 76 ans, il est la preuve que tout à chacun ne réagit pas de la même façon à la vieillesse. Il devient alors évident que « Destruction » n’a pas la même pèche que lors de sa création il y a presque 50 ans !
Booker Brown fut réduit aussi à la portion congrue avec Backyard Party et Rock Me Baby tandis que Missy Anderson s’acquitta d’une version mollassonne de A nickel And A Dime et de Stand By Me. Ernie Johnson rendit hommage à Bobby Bland dans un long medley et conclut avec Move Along. Enfin, Lacee eut le redoutable honneur de clore le festival (Let The Juke Joint Jump, Can We Groove) avec que tous les artistes se réunissent pour le grand final en entonnant à tour de rôle une version endiablée de Bring It On Home To Me. Et ce fut l’apothéose de cette 31 iéme édition qui n était pas complètement puisque de désormais traditionnelles prolongations se déroulèrent les jours suivant. Et c’est à lire dans le « Off » qui suit.


Texte et Photos Soul Corner : Jean-Claude Morlot
Autres/Other Photos : Courtesy and © of Dave Thomas

Porretta 2018 Le “Off”

Monday, July 16th, 2018

Pour jouir pleinement du festival, il est fortement recommandé de rester une semaine entière à Porretta car les festivités commencent tôt. C’est ainsi que le mercredi se produisirent sur la terrasse de l’hôtel Helvetia Booker Brown et Mitch Wood.
Le lundi, alors que la ville est désertée, le festival se transporte dans la ville voisine de Vergato où une version réduite et concise des spectacles précédents est proposée. Seuls les artistes participants la semaine suivante au Maspaloma Festival (Grande Canarie) sont présents.
C’est à l’extérieur du musée Etrusque de Marzabotto et dans le cadre d’un champ franchement moissonné que se déroule le dernier épisode. L’entrée est gratuite et le public local ce qui n’empêche pas les artistes de donner le meilleur d’eux mêmes. Le schéma est similaire ) celui de la veille. Chacun a droit à trois titres et la surprise de voir Spenccer Wiggins dans une forme qu’il n’avait pas les jours précédents. C’est aussi la possibilité de cotoyer longuement les artistes et de partager de rares moments de complicité. C’est ainsi que j ai pu avoir grâce à Ernie Johnson une conversation téléphonique avec Millie Jackson.

MARZOBOTTO

Photos courtesy & © Dave Thomas

Et puis, c’est aussi le traditionnel repas dominical des membres du Zocollo Duro (Le Noyau Dur) au restaurant La Pace. Comme à leur habitude Vito Asta et Antonio Novelli contribuèrent à mettre l’ambiance alors que John Ellison nous fit l’honneur de chanter a cappella à la fin du repas.

JOHN ELLISON AU RESTAURANT LA PACE


Videos : Jean-Claude Morlot

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!