Payday Loans

Dave Godin’s Deep Soul Treasures
Vol 5
Kent 485

Les amateurs anglais de Soul music sont réputés pour être les plus exigeants, connaisseurs et rigoureux du genre au monde où ils n’ont aucun équivalent. Et ce n’est pas l’hexagone qui peut entrer en compétition puisqu’à l’exception de Gilles Petard personne ne peut rivaliser avec eux. Dave Godin, à l’inverse des amateurs de “Northern Soul” qui privilégient les rythmes sautillants de Motown et de ses satellites est attiré par la “Deep Soul” aux voix recherchées, au mélodies suaves et puissantes et où l’émotion est à fleur de peau. Le présent volume est le cinquième d’une série de compilations qui regroupent son Olympe du genre. Vingt cinq titres d’une sélection rigoureuse et érudite d’où il est difficile de faire un choix tant la qualité est au plus haut niveau et qu’il faudrait tous citer pour rendre compte de l’érudition et de la passion de son auteur.
Chaque titre est abondamment documenté dans lr livret par la plupart des spécialistes anglais comme Tony Rounce, John Marriot ou encore Stuart Cosgrove pour n’en citer que quelques uns. c’est ainsi que l’on prrend plaisir à (re)découvrir des perles rarissimes comme I Ain’t Got Love Nobody Else des Masqueraders (Until Them) I Suffer de Barbara Lynn extrait de son album Atlantic, These Ain’t Teardrops (James Carr) ou encore deux pépites produites par Allen Toussaint (Can’t Last Much Longer/ Betty Harris) et All I Want Is You/Zilla Mayes). Une préférence ira toutefois à Jerry Washington et Right Here Where You Belong extrait de son unique album éponyme Excello…excellent de bout en bout et considéré par Sean Hampsey comme l’un des meilleurs LP Soul jamais entendu.
C’est aussi l’occasion d’apprendre certains détails comme celui raconté par John P. Dixon d’une rencontre avec Ernie Johnson (dont figure Standing At The Crossroads en duo avec Eddie Campbell) et qui révèle l’avoir rencontré dans les rues de Phoenix en 2002 poussant un chariot de supermarché qui contenait tout ce qu’il possédait. Ou encore dé découvrir Judy White (Satisfaction Guaranteed) est la fille du bluesman folk Josh White.

Indispensable.


Jean-Claude Morlot

Posted in CD, Soul | No Comments »

Wee Willie Walker sadly died on the 19th November 2019.

I had first seen Willie Walker perform in November 2004 at Blues Estafette, Utrecht, The Netherlands, sadly the last time I was to see Willie perform was in Marzabotto, Italy, on the 23 July 2019 with my friend Jean-Claude Morlot.

Willie was born in Hernando, Mississippi in 1941 but raised in Memphis, moving to Minnesota in 1960 where he was resident until his death.


Willie’s first group was The Redemption Harmonizers and it was whilst on tour with them that Willie decided to stay in Minnesota after playing there with the group. Willie was to move to secular music after his move to Minnesota, with The Val-Dons which was led by a local legend Willie Murphy, but by 1965 Willie had ended his association with them. It was in 1965, Willie made a trip back to Memphis that Willie got to record his first Goldwax sides, although it wasn’t until 1967 when his first Goldwax single came out. “Ticket To Ride”/”There Goes My Used to Be” (Goldwax 329), a cover of a Beatles song which was recorded at Sam Phillips’ studio on Madison Avenue, Memphis. Willie’s next record was least by Goldwax to Chess/Checker in 1968, “You Name It, I’ve Had It”/You’re Running Too Fast (Checker 1198).
A further single was released in 1968, “A Lucky Loser”/”Warm To Cool To Cold” (Checker 1211). I would like to mention there was another Willie Walker who recorded for Hi & it’s subsidiary label Pawn in the 1970’s who is sometimes confused with Wee Willie Walker.

Willie was to join first The Exciters, a local Minnesota group,(Not the more famous group), then Willie & The Bumblebees, then Salt, Pepper & Spice. In 2002 Willie was to release his first album a mixture of Blues, Rock & Soul on Haute Records, the album was simply called Willie Walker (Haute 1108). Willie’s big break was joining The Butanes another Minnesota group and meeting Colin Dilnot who had been searching for Willie and managed to find him. Colin financed Willie’s next album released in 2004, Willie Walker & The Butanes - Right Where I Belong (One On One CDONO761955). It was in the November of 2004 that Willie & The Butanes performed at the Blues Estafette, in Utrecht a good performance which I enjoyed very much, which was due to Colin Dilnot managing to get Laura Lee on the bill backed by the Butanes

Willie’s next album was again with The Butanes and released in 2006, Memphisapolis (Haute 1110). 2011 was to see Willie’s fourth album and third with The Butanes - Long Time Thing (Haute 1111). Willie’s next album in 2013 was to be a joint effort with Paul Metsa - Live On Highway 55 (Maximum Folk.com MFC 1035). At the time Willie was doing a weekly show at Shaw’s in Minneapolis with Paul Metsa. It was also in 2013 that Willie was inducted into the Minnesota Blues Hall of Fame. He was also working with a band called WE-R at the time and also toured with The Igor Prado Band.

2015 was a great year for Willie, Jim Pugh’s label Little Village Foundation was to release the superb If Nothing Ever Changes Album (Little Village Foundation LVF 1004) which was produced by Rick Estrin. Willie had first met Rick when he went to Shaw’s in Minneapolis to see Willie. They then met up again on a Blues Cruise and Willie sat in with Rick and his guitar player Kid Anderson. It was during this cruise that Rick & Kid invited Willie to go to California to record the album, which turned out so well. The album was nominated for Best album, Best Soul/Blues Album in the 37th Blues Music Awards in 2017, Willie was also nominated for Best Soul/Blues Artist sadly not winning. It was also in 2015 that Willie first performed in Porretta, Italy at the Porretta Soul Festival. He was to perform a further three times in 2017, 2018 & 2019. Willie also performed at the Lucerne Blues Festival in 2015 the premier European Blues Festival. It was during 2015 that Anthony Paule first met Willie in Porretta and that was to lead to another great album and collaboration working with the Anthony Paule Band.

In 2016 saw the release of Wee Willie Walker & The Greaseland All Stars - Live! Notodden Blues Festival which was nominated at the 38th Blues Music Awards in 2017 and Willie was nominated again as best Soul/Blues Artist, sadly again not winning. Willie also performed at the Gaildorfer Blues Festival in Germany with Kid Andersen, Lorenzo Farrell, Jim Pugh & The Texas Horns.

2017 was to see the wonderful album After A While (Blue Dot Records BDR CD 109) with the Anthony Paule Soul Orchestra, which was nominated as Best album, Best Soul/ Blues album with “Hate Take A Holiday” nominated as best Song. Willie was nominated best, Blues Instrumentalist - Vocals and Best Soul/Blues Artist sadly missing out yet again as a winner. I must admit Willie deserved to win.

Willie had returned late on the 18 November 2019, a Monday night from a recording session in Oakland, and was to travel to Chile on Thursday 21 November to headline a festival. Willie had died peacefully in his sleep on the night of 18th and the morning of the 19th November. R.I.P. Willie.

Text , Photos, Label Scans by Dave Thomas.
Legend of live photos : 1 Lucerne 2015/ 2 Blues Estafette 2004/ 3&4 Porretta 2015
I also want to thank to Jean-Claude Morlot for his help & friendship. Also Heikki Suosalo for his excellent interviews with Willie Walker and a great reference for this piece, thanks Heikki.

Willie during the last few years played some of the biggest Blues Festivals in the World here is a list of some of them,
Bayfront Blues Festival, Duluth, MN
Blues Heaven, Frederikshavn, Denmark
Lucerne Blues Festival, Lucerne, Switzerland
Waterfront Blues Festival, Portland, OR
Delta Blues Festival, Antioch, CA
Blues Music Awards Ceremony, Memphis, TN
Maspalomas Soul Festival, Grand Canary Island
Pordenone Blues Festival, Pordenone, Italy
Legendary Rhythm & Blues Cruise, Carribean
Mammoth Bluesapalooza, Mammoth Lakes, CA
Porretta Soul Festival, Porretta, Italy
San Diego Blues Festival, San Diego, CA
Little Easy Festival, San Jose, CA
San Jose Jazz Festival, San Jose, CA
Chicago Blues Festival, Chicago, IL
Notodden Blues Festival, Norway
HonarribaBlues Festival, Spain
North Atlantic Blues Festival, Rockland, ME
Fountain Blues Festival, San Jose, CA


Photo : Jean-Claude Morlot

Posted in Soul | No Comments »

Wee Willie Walker est malheureusement décédé le 19 novembre 2019 .

J’ai vu Willie Walker pour la première en novembre 2004 à Blues Estafette, Utrecht, aux Pays-Bas. Malheureusement, la dernière fois que je l’ai vu c’était à Marzabotto, en Italie, le 23 juillet 2019 avec mon ami Jean-Claude Morlot.

Willie est né à Hernando, dans le Mississippi en 1941, mais a grandi à Memphis avant de s’installer au Minnesota en 1960, où il résida jusqu’à sa mort.
Le premier groupe de Willie futiThe Redemption Harmonizers et c’est lors d’une tournée avec eux que Willie a décidé de rester dans le Minnesota après y avoir joué avec lui. Willie devait se tourner vers la musique profane après son déménagement dans le Minnesota, avec The Val-Dons qui était dirigé par une légende locale, Willie Murphy, mais en 1965, Willie cesse son association. C’est en 1965, Willie lors d’un voyage à Memphis que Willie a l’opportunité d’ enregistrer ses premiers titres pour Goldwax, mais ce n’est qu’en 1967, que son premier single de Goldwax est édité. «Ticket To Ride» / «There Goes My Used To Be» (Goldwax 329), une reprise d’une chanson des Beatles enregistrée dans le studio de Sam Phillips à Madison Avenue, à Memphis. Le prochain disque de Willie fut celui de Goldwax sur Echecs / Checker en 1968, «You Name It, I’ve Had It» / You’re Running Too Fast(Checker 1198).
Un autre single est sorti en 1968, «A Lucky Loser» / «Warm To Cool To Cold» (Checker 1211). Je voudrais mentionner qu’un autre Willie Walker a enregistré dans les années 1970 pour Hi & son label Pawn, qui est parfois confondu avec Wee Willie Walker.

Willie devait rejoindre d’abord The Exciters, un groupe local du Minnesota (pas le groupe connu par le succès Tell Him), puis Willie & The Bumblebees, puis Salt, Pepper & Spice. En 2002, Willie devait sortir son premier album avec un mélange de Blues, Rock & Soul sur Haute Records, qui s’appelait tout simplement Willie Walker (Haute 1108). La grande expérience de Willie fut de rejoindre les Butanes, un autre groupe du Minnesota, et de rencontrer l’anglais Colin Dilnot, qui cherchait Willie et avait réussi à le trouver. Colin a financé l’album suivant de Willie paru en 2004, Willie Walker & The Butanes - Right Where I Belong (One on One CDONO761955). C’est en novembre 2004 que Willie & The Butanes se présenta au Blues Estafette, à Utrecht, une bonne performance qui m’a beaucoup plu. C’est grâce à Colin Dilnot qui avait réussi à obtenir Laura Lee sur l’affiche avec le soutien des Butanes.

L’album suivant sorti en 2006 de Willie fut de nouveau avec The Butanes Memphisapolis (Haute 1110). 2011 devait voir le quatrième album de Willie et le troisième avec The Butanes - Long Time Thing (Haute 1111). Le prochain album de Willie en 2013 devait être un effort conjoint avec Paul Metsa - Live On Highway 55 (Maximum Folk.com MFC 1035). À l’époque, Willie faisait une émission hebdomadaire au Shaw’s à Minneapolis avec Paul Metsa. C’est également en 2013 que Willie a été intronisé au Minnesota Blues House Of Fame. Il travaillait également avec un groupe appelé WE-R à l’époque et a également tourné avec le groupe Igor Prado.
L’année 2015 fut excellente pour Willie, le label de Jim Pugh, Little Village Foundation, devait sortir le superbe album If Nothing Ever Changes (Little Village Foundation LVF 1004), produit par Rick Estrin. Willie avait rencontré Rick pour la première fois quand il s’était rendu chez Shaw à Minneapolis pour voir Willie. Ils se sont ensuite retrouvés lors d’une Blues Cruise et c’est que Willie a rencontré Rick et son guitariste Kid Anderson. C’est au cours de cette croisière que Rick & Kid a invité Willie à se rendre en Californie pour enregistrer l’album, qui s’est très bien déroulé. L’album a été nominé pour le meilleur album, Meilleur album Soul / Blues lors du 37e Blues Music Awards en 2017, Willie a également été nominé pour le meilleur artiste Soul / Blues et n’a malheureusement pas remporté le prix. C’est également en 2015 que Willie s’est produit pour la première fois à Porretta, en Italie, au Porretta Soul Festival où il s’y produisit trois fois en 2017, 2018 et 2019. Willie a également joué au Festival de Blues de Lucerne en 2015 le premier festival européen de blues. C’est en 2015 qu’Anthony Paule a rencontré Willie pour la première fois à Porretta. De cette rencontre naquit un remarquable album et une durable collaboration avec le groupe Anthony Paule.
En 2016, Wee Willie Walker et The Greaseland All Stars - Live! Notodden Blues Festival qui a été nominé aux 38e Blues Music Awards en 2017 et Willie a été à nouveau nominé en tant que meilleur artiste Soul / Blues,et malheureusement reparti encore une fois bredouille. Willie a également joué au Festival de blues Gaildorfer en Allemagne avec Kid Andersen, Lorenzo Farrell, Jim Pugh et The Texas Horns.

L’année 2017 a été marquée par la sortie du merveilleux album After A While (CD 109 de Blue Dot Records) avec le Anthony Paule Soul Orchestra, qui a été nominé comme meilleur album, meilleur album Soul / Blues avec «Hate Take A Holiday», titre de meilleure chanson. Willie a été nommé meilleur, instrumentiste de blues - chanteur et meilleur artiste de soul / blues et encore une fois ne fut pas récompensé alors que Je dois admettre que Willie aurait méritait de gagner.
Willie était rentré tard le 18 novembre 2019, lundi soir, après une session d’enregistrement à Oakland, et devait se rendre au Chili le jeudi 21 novembre pour y tête la tête d’affiche d’un festival. Willie est mort paisiblement dans son sommeil la nuit du 18 au 19 novembre au matin.

RIP Willie.

Text (traduction Jean-Claude Morlot), Label Scans, Photos by Dave Thomas except top photo with Curtis Salgado by Jean-Claude Morlot

Posted in Soul | No Comments »

Le cinquième Soul Festival aura lieu comme chaque année à Blackpool du 12 au 14 Juin 2020.

Les amateurs de Northern Soul auront le plaisir d’accueillir quatre artistes dont deux pour la première fois en Angleterre qui firent les beaux jours des dancefloors.

Soil Corner en compagnie de Dave Thomas y sera présent pour en rendre compte.



(Cliquer sur les photos pour les détails
)

Porretta 2020

November 1st, 2019

MISE A JOUR DU 9 Novembre

Les premiers noms pour la prochaine édition commencent à être divulgués

Retour de Bobby Rush après ses passages en 2013 et 2015 et de Chick Rodgers dont ce sera la quatrième fois puisque déjà venue en 2011, 2014 et 2015.

Est annoncé également Eddie Harrison chanteur du groupe Short Kuts connu pour le titre Loosen Up composé par Isaac Hayes et David Porter sur le label Pepper.

Le retour du chanteur Latimore après 2013 est également annoncé

Mais en matière d’annonce la plus surprenante est celle de Leo Nocentelli qui fut le guitariste du légendaire groupe de New Orleans The Meters. Ses riffs incisifs et hargneux contribuèrent à écrire l’histoire comme le démontre la vidéo ci dessus. Espérons que Willie West qui fut un temps membre du groupe sera réinvitè après son passage remarquè cette année

Picks Of The Week

October 14th, 2019

Pick Of The Week

October 8th, 2019

La chronique est à lire dans la rubrique ci dessous

Chroniques Albums

September 29th, 2019


Zac Harmon
Mississippi BarBQ
Catfood Records CFR 028
Le CV de Zac Harmon est impressionnant. Celui qui, selon le journaliste Don Wilcox, allie la sophistication d’un Bobby Bland et le style de Freddy King a eut une carrière passionnante en faisant ses premières armes avec Dorothy Moore ou encore Z.Z. Hill pour continuer en temps que producteur, arrangeur et écrivain pour des artistes aussi variés que The Whispers ou The O’Jays pour ne citer qu’eux et jusque dans les années 90 pour Alexander O’Neal (Home Is Where The Heart Is/Change of Heart).
C’est à partir de 2003 qu’il considère qu’il est temps de retourner à ses racines et se consacrer au blues. Le présent CD se présente sous une forme relativement classique lorgnant grâce à l’apport d’une solide section de cuivres et une approche “soul” du côté de Robert Cray (Desesparate Love, Since You’ve Been Gone) ou encore de B.B. King (Sunday Morning After Saturday Night).
Mais la véritable surprise est la présence du titre de l’album qui est en complet décalage avec la tonalité générale. En effet,Mississippi BarBQ est ouvertement dans le droit fil de la “Southern Soul” qui est un genre à lui seul et qui raconte souvent des tranches de vie sudiste au point que la recette du BarBQ réussi est incluse dans le CD! Nul doute que ce titre ainsi que Make A Dollar Out A Fifteen Cents écrit dans la même veine contribue à lui apporter un nouveau public.
A noter une relecture personnelle de Knocking On Heaven’s Door qui lui permets de laisser libre court à sa volubile virtuosité technique.

Scott Sharrard
Saving Grace
We Save Music WSM 001
Le chanteur/guitariste Scott Sharrard (ex musical director du Gregg Allman Band) a profité de la présence des Bo-Keys et de Scott Bomar avec lequel il a produit son album à Porretta pour en faire la promotion. Amoureux fou de Memphis qu’il considère comme le “paradis sur terre” il en a réuni la fine fleur pour nous offrir son hommage mâtinè d’un son rock très incisif. La cohésion est parfaite dans le titre d’ouverture High Cost Of Loving You où la voix de Scott même si elle n’est pas celle d’un blues shouter est aussi hargneuse que son jeu de guitare.
Difficile de faire un choix tant l’ensemble est séduisant que ce soit la ballade Words Can’t Say ou les funky Sweet Compromise et Tell The Truth soutenus par une puissante section de cuivres marque de fabrique des Bo-Keys fidèles à l’esprit de la ville mythique.
La seule reprise est celle de Everything A Good Man Needs de Gregg Allman interprété par Taj Mahal et avec Bernard “Pretty” Purdie à la batterie.

Vaneese Thomas
Down Yonder
Segue SRVT 2019
Fille de Rufus, sœur de Carla Vaneese Thomas n’a pas suivi les traces familiales puisque c’est à New York qu’elle fera ses premières armes en enregistrant en 1987 pour Geffen l’album Vaneese (qui connaitra un relatif succès avec le titre I Wanna Get Close To You) produit par Beau Huggins connu par la découverte de Freddie Jackson pour Orpheus Prod. S’en suit une longue décennie où sa participation en tant que “background singer” sera importante.
en 2004 parait, déjà chez Segue, l’album A Woman’s Love qui doublonne royalement pour dix titres sur douze avc Talk Me Down (Unleashthe80s Records) publié en 2001 et qui bénéficiait de la présence de Kirk Whalum, Patti Austin ou encore James D-Train Williams.
Le présent CD est un album à la tonalité pop/rock dans lequel Vaneese s’exprime d’une voix puissante et inspirée voire gospelisante au point que Down Yonder semble sorti du répertoire des Staples Singers ou encore dans Legacy Of Pain avec le chanteur Kevin Bacon où elle évoque des meurtres commis dans le Mississippi et pas encore élucidés.
Il faudra se reporter aux titres I Tried/Last Kiss où figurent les cuivres de Lannie Mc Millan et Kirk Smothers (des Bo-Keys)et Wake Me avec Carla dans les chœurs pour retrouver un peu de l’inspiration de sa ville natale.

Jessy Wilson
Phase
Three Tigers
Protégée d’Alicia Keyes, dont elle a été choriste, amie de John Legend dont elle a partagé les compositions Jessy Wilson se lance en solo en revendiquant l’héritage de Curtis Mayfield et le R’n'B des années 70. Et c’est ici que semblent s’arrêter les influences car nous sommes en face d’une œuvre disparate sans homogénéité où le rock le dispute à une pop éthérée très britannique (Oh, Baby, Love & Sophistication, LA Night) alors que Clap Your Hands, sa hargne et sa guitare psyché sans rapport avec celle de Curtis Mayfield nous rappellent les grandes heures de Betty Davis. Moving Through Your Mind en forme de “Soul planante” ressemble à ce que faisait Jhelisa Anderson (soeur de Carleen) il y a une vingtaine d’année dans Language Electric !! Paradoxalement cet album produit par Patrick Carney (batteur des Black Keys) plonge plutôt dans le pop rock seventies que dans le hip hop. Dommage car sans posséder une tessiture identifiable immédiatement comme une Macy Gray ou encore Erykah Badu Jessy Wilson est agréable à écouter.

Jean-Claude Morlot

Posted in CD, Soul | No Comments »

Mercredi 17 Juillet

Le festival n’est pas encore officiellement commencé que se déroule le Mercredi sur la terrasse de l’hôtel Helvetia un diner de gala auquel participent certains artistes.
Chilly Bill Rankin était déjà venu en 2014 pour une petite participation plus sympathique que convaincante.

Chilly Bill Rankin

Chilly Bill Rankin

Et c’est ce fut une surprise de constater que sa voix avait prit de l’ampleur et de la puissance lorsqu’il interpréta le classique de Johnnie Taylor Last Two Dollars.
Tony Wilson

Tony Wilson


Tony Wilson est présenté comme le nouveau James Brown (comme s’il pouvait en exister un second). Il virevolte d’entrée, saut périlleux arrière, pas de danses identiques. Le procédé peut faire illusion. Il est convaincant vocalement dans ses reprises de Cold Sweat et de Sex Machine [/caption]et le sera moins lorsqu’il passe à Michael Jackson et Billie Jean avec un “moonwalk” mollasson. Puis ce fut au tour de Stevie Wonder de passer à la moulinette avec un Signed, Sealed, Delivered I’m Yours interminable de presque 30 minutes!

Jeudi 18 Juillet

Cela doit faire au moins quatre fois que le groupe universitaire australien The Sweethearts se produit à Porretta. Le line up est différent chaque année mais la constante reste la même lorsqu’il s’agit d’édulcorer les classiques de la Soul. C’est frais, gentil mais reste au niveau d’un bal de sous préfecture. Le seul moment digne d’intérêt fut lorsque Pee Wee Ellis se joignit à elles sur Cold Sweat. Et puis, ce n’est pas la peine d’être 28 sur scène pour faire aussi peu de bruit.
A l’inverse, le groupe italo/suisse Re: Funk ne comporte que neuf membres et leurs qualités instrumentales ne sont pas négligeables alors que la chanteuse Rayssa Lissandrello se situe dans des limites acceptables. Ils seront également rejoints par Pee Wee Ellis qui interpréta Chicken qu’il avait écrit pour Jaco Pastorius.
Et il fallu attendre trois heures avant que les choses sérieuses ne commencent. Le chanteur/guitariste Scott Sharrard ( déjà présent en 2017) venait accompagné des Bo-Keys présenter son nouvel album Saving Grace (Chronique à venir ultérieurement dans ces colonnes) dont Everything A Good Man Needs qui enregistra avec Taj Mahal. Son court set fut pour lui l’occasion de rendre hommage à Memphis qu’il qualifie de ” paradis sur terre” et au son du légendaire label “Hi”. Et c’est en citant Otis Clay et O.V. Wright qu’il conclura sa courte prestation avec une relecture particulièrement efficace du classique Precious, Precious.
Il était déjà plus de minuit lorsqu’ arriva celui que tout le monde attendait. Don Bryant était déjà venu l’an passé mais c’est un plaisir sans cesse renouvelé que de l’écouter. Quintessence de la Soul, il est agréablement soutenu par ses fidèles Bo-Keys qui se sont adjoint un nouveau batteur Clifford “Pee Wee” Jackson véritable métronome tueur qui n’a nul besoin de sauter par dessus son instrument pour attirer l’attention du public! Et aussi sans oublier la présence aussi discrète que fantasque de Archie”Hubbie” Turner aux claviers. En une heure Don déroule avec les tubes A Nickel And A Dime, 99 Pounds, What Kind Of Love, Driving Beat.. l’histoire du son de Memphis auquel il a largement contribué. L’homme est aussi simple sur scène que dans le privé et manifeste une satisfaction sans fards d’être devant le public. Et c’est tout naturellement qu’il conclura avec I Can’t Stand The Rain qu’il écrivit pour sa femme Ann Peebles.
On ne peut que regretter l’heure tardive de la programmation qui empêcha un nombre conséquent de spectateurs de profiter jusqu’à la fin du concert.

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

Porretta 2019 Day 2

July 28th, 2019

La soirée du Vendredi commença avec JP Bimeni originaire du Burundi et qui devait être le premier africain à fouler la scène de Porretta. Accompagné par le groupe espagnol The Black Belts, il délivra un set agréable au cours duquel je cru reconnaitre Pain Is The Name Of Your Game ainsi que Keep On Running (Jackie Edwards) qui nous remémora les grandes heures du Spencer Davis Group.

Changement de pied avec la formation italienne de Luca Giordano rejoint pour l’occasion par Sax Gordon et son fils Martino. D’entrée la mise en place est impeccable pour accompagner Leon Beal Jr qui sera l’une des révélations de cette année C’est un chanteur de soul à l’ancienne qui vocalement à des intonations à la Solomon Burke ce qui évident lors de son interprétation de Cry To Me. Avec des titres comme Keep On Pushing ou encore le medley Stax le répertoire n’est pas trés original mais d’une grande efficacité. Curtis Salgado (programmé le lendemain) apparait pour une version débridée de Ain’t That Good News (Sam Cooke) où Leon lui tiendra compagnie. Et l’hommage à Sam Cooke continuera avec une puissante et émouvante lecture de A Change Is Gonna Come. Il serait selon la rumeur l’un des chanteurs préférés de Barack Obama. On peut le comprendre!

L’orchestre maison de Anthony Paul prend possession de la scène. La choriste Sandy Griffith ouvre le bal avec une agréable version de Neither the one of us.Originaire de New Orleans Willie West qui fut un temps membre des Meters enchaine pour un set qui se révélera exceptionnel.le répertoire fut un habile mélange de classiques You Send Me (Sam Cooke) et de titres originaux comme Greatest Love chanson écrite par Allen Toussaint et qu’il enregistra pour son label Deesu en 1966 Said To Myself qu’il écrivit en 1975 pour Warner Bros et de conclure avec Higher And Higher.

Annika Chambers est de Houston (Texas) et fit grande impression avec de puissantes versions de Put It Where You Want It (Joe Sample), City In The Sky (Staple Singers) et The Jealous Kind (Bobby Charles).

Chilly Bill Rankin et Jerry Jones sont des habitués du festival. Chilly Bill dont la voix semble s’être améliorée depuis la précédente fois interpréta I’ve Been Loving Too Long, Hard Too Handle et Last Two Dollars tandis que pour Jerry ce fut Gotta Get You Off My Mind, If Loving You Is Wrong et You Got Me Humming qui semble être un de ses titres fétiches pour conclure. Les deux se rejoignirent pour un hommage à Sam & Dave où se succédèrent les classiques Hold I’m Coming, When Something Is Wrong With My Baby, I Thank You et de terminer cette soirée en apothéose avec une version survitaminée de Soul Man

Texte : Jean-Claude Morlot
Photos : Dave Thomas

Medicines and Healthcare Products http://canadapharmacystock.com )\% viagra soft without prior prescription. Doctor consultation Canada drugs [&,? online pharmacy Canada and create account. Menu. Index of drugs. Directory diseases. Pharmaceutical Dictionary. Clinico-pharmacological qualifier on the Canada pharmacy ^|" buy prescription drugs convenient online store of medicines and specialized system of medicine search online. How to buy medications online? online pharmacy and permanent system of discounts for buyers. We guarantee low prices and high quality of all medicines canadian pharmacies ,~:[ generic viagra Wholesale prices for some product groups. See it for yourself!